Dette américaine : La Fed soignera l’économie américaine à l’homéopathie

Dette américaine : La Fed soignera l’économie américaine à l’homéopathie

Il est vraisemblable que Ben Bernanke exprimera, vendredi prochain, la déception que lui cause la croissance actuelle, au point peut-être de revoir à la baisse ses projections, et expliquera quels sont les outils encore à la disposition de la Fed les mieux adaptés pour la fortifier. Mais il est peu probable qu’il tire parti de la conférence annuelle de la Réserve fédérale de Jackson Hole (Wyoming) pour préconiser un traitement de choc. Dans la mesure où l’instrument des taux d’intérêt a été déjà largement exploité, on peut penser que Bernanke proposera, vendredi prochain, de mobiliser les grandes masses du bilan de la Banque centrale. Les taux d’intérêt sont déjà proches de zéro et la Fed a signalé voici deux semaines qu’elle était prête à maintenir le coût d’emprunt à un niveau proche de l’inexistant pendant deux ans encore si nécessaire. Quant aux mesures touchant au bilan de l’institut d’émission, elles sont déjà bien connues et chacune comporte ses avantages et inconvénients propres. Il n’est guère envisageable toutefois d’espérer l’annonce à Jackson Hole d’une nouvelle grande opération d’achat d’obligations. On peut penser que la Fed est mue par l’idée que la situation actuelle justifie d’être circonspect et qu’elle n’a pas la dimension de la crise observée de 2008 à 2010, laquelle avait justifié des mesures hardies, comme deux assouplissements quantitatifs (QE) successifs. Le deuxième, 600 milliards de dollars d’achats d’obligations , avait pour but de parer à une inflation à ce point faible qu’elle risquait d’entraîner l’économie américaine dans la déflation. Mais l’inflation est à présent plus élevée aux Etats-Unis et celle mesurée par les prix de détail hors alimentation et énergie accélère. Cela n’inquiète pas outre mesure une Fed plus préoccupée par une croissance atone, insuffisante pour réduire un taux de chômage qui culmine à 9,1%. Quant à la crise de la dette souveraine européenne, elle sape les marchés financiers et la confiance des entreprises aux Etats-Unis et est à ce titre très préoccupante, même si elle ne cause pas de dégâts à la mesure de la crise du crédit de 2008-2009. Dans ce contexte, Bernanke risque de traiter le mal à doses homéopathiques. Il pourrait par exemple s’engager à conserver en l’état le bilan de la Fed, qui atteint maintenant 2.800 milliards de dollars contre 900 milliards environ avant la crise, en annonçant même un calendrier comme il l’a fait pour le taux des Fed funds. Il pourrait aussi exercer une pression à la baisse sur les taux moyens et longs en modifiant la pondération des actifs de la Fed en faveur d’instruments à maturité plus longue. Cela peut se faire en se refinançant à échéance plus longue lors de l’arrivée à terme de titres ou en échangeant des titres courts pour des effets plus longs.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *