Dette extérieure publique : L’encours dépasse les 321 milliards DH

Dette extérieure publique : L’encours dépasse les 321 milliards DH

La dette extérieure publique reste sur un trend haussier. Au troisième trimestre de l’année, l’encours atteint les 321,24 milliards de dirhams à fin septembre. Les encours des emprunts extérieurs des établissements et entreprises publics s’est établi à 173,9 milliards de dirhams, soit une part de 53,8% du total de la dette extérieure publique. Ceux du Trésor avoisinent les 147,5 milliards de dirhams représentant ainsi une part de 45,9%.

Les banques et collectivités locales ne détiennent que 0,3% de la dette. C’est ce qu’on peut relever du bulletin statistique réalisé par la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) relevant du ministère de l’économie et des finances. Les statistiques révèlent que sur les neuf premiers mois de l’année, un volume de 19,5 milliards de dirhams a été mobilisé par le secteur public. De ce montant, 10 milliards de dirhams ont été destinés aux projets d’investissements des établissements et entreprises publics. Le montant engagé pour le Trésor est estimé à 9,5 milliards de dirhams dont 9,1 milliards de dirhams au titre des appuis aux réformes et 4 millions de dirhams servant à financer des projets du budget. Se référant au même document, le service de la dette extérieure publique à fin septembre 2017 avoisine les 23,8 milliards de dirhams. De ce total, 13,8 milliards de dirhams ont été réglés par le Trésor et 10 milliards de dirhams par les établissements et entreprises publics.

En analysant le portefeuille de la dette extérieure publique, il ressort que 47,5% des créanciers sont des institutions internationales. De même, 24,2% de la structure de l’encours est détenue par le marché financier international et banques commerciales. Les pays de l’Union européenne sont créanciers à hauteur de 19,8% au moment où la part des pays arabes ne dépasse pas les 2,6%. Par devise, l’euro couvre plus de la moitié de la structure, soit une part de 61,4%.

Le dollar représente 27,4% contre 3,8% pour le yen. En perspective, le total des charges de la dette devrait atteindre en 2018 les 27, 8 milliards de dirhams dont 19,68 milliards de dirhams de charge en principal. Les créanciers bilatéraux y contribueraient à hauteur de 9,18 milliards de dirhams, contre une contribution de 6,72 milliards de dirhams des pays de l’Union européenne et 756 millions de dirhams des pays arabes. L’encours des institutions internationales s’élèverait à 9,76 milliards de dirhams. Celui des marchés financiers internationaux et banques commerciales avoisinerait les 729 millions de dirhams. Les charges en intérêts atteindraient durant 2018 les 8,11 milliards de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *