Dette grecque : Berlin assouplirait sa position pour aider la Grèce

Dette grecque : Berlin assouplirait sa position pour aider la Grèce

L’Allemagne envisage de renoncer à sa proposition de rééchelonner la maturité des obligations grecques afin de faciliter le déblocage d’une nouvelle aide pour Athènes, rapporte mardi le Wall Street Journal, ce qui fait monter l’euro et les Bourses européennes. En concédant qu’Athènes doit obtenir des prêts supplémentaires, sans que ce nouvel effort soit partagé, du moins sur le court terme, par les porteurs d’obligations, Berlin aiderait l’Union européenne à surmonter la crise de la dette grecque, ajoute le quotidien dans son édition en ligne, en citant des sources proches du dossier. Sur les marchés des changes, cet article soutient le cours de la monnaie unique européenne, fragilisée ces dernières semaines en raison d’inquiétudes sur une possible restructuration de la dette grecque. Hier, vers 11h00 GMT, l’euro dépassait le niveau de 1,44 dollar, touchant un plus haut de plus de trois semaines contre le billet vert. Les Bourses européennes sont également bien orientées à la suite de cette information, le principal indice grec bondissant de 3,42% tandis que l’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prend 1,00%. Les CDS grecs à cinq ans reculaient de 43 points de base (pdb) à 1.400 pdb, selon les données Markit, ce qui signifie qu’il coûte désormais 1,4 million d’euros pour garantir 10 millions d’euros d’exposition à la dette grecque. Les CDS portugais et irlandais se repliaient également. L’article du Wall Street Journal est toutefois contredit par le Financial Times Deutschland, qui affirme que l’Allemagne et les Pays-Bas, entre autres, souhaitent toujours que les créanciers privés acceptent d’allonger la maturité des leurs obligations grecques. Le ministre des Finances allemand,Wolfgang Schäuble, a refusé de commenter ces informations. Lundi, il avait déclaré que l’hypothèse d’une contribution volontaire des investisseurs privés restait sur la table. Il avait toutefois mis en garde la semaine dernière contre une éventuelle restructuration de la dette grecque, ce qui laissait entendre que l’UE cherche d’autres solutions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *