Deuxièmes Assises de la certification : La certification, une jauge de qualité en temps de crise

Deuxièmes Assises de la certification : La certification, une jauge de qualité en temps de crise

L’Association des certificateurs du Maroc (ACM) a organisé jeudi les 2èmes Assises de la certification. Le thème de cette 2ème édition s’articule autour de «La certification : un levier incontournable dans un contexte de crise». Ce rendez-vous d’échanges et de débats représente une occasion susceptible d’intéresser tout manager en quête d’informations pour renforcer la performance de ses projets. Les Assises s’adressaient aussi bien au secteur privé que public. «En tant qu’acteur indispensable dans la vie de chaque citoyen, l’établissement public se doit de poursuivre la dynamique de modernisation de ses services afin d’améliorer la satisfaction des attentes des citoyens qui devient le maître-mot d’une bonne gouvernance et d’une réponse à leurs aspirations», déclare Wafaa Chagar, présidente de l’ACM. Prenant part à ces deuxièmes Assises, Abdelâdim El Guerrouj, ministre délégué chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, a souligné l’importance de la certification qui représente un «stimilus» pour l’accroissement de la qualité de service. «La certification est au cœur de l’administration publique. Et concernant les entreprises marocaines, elles se doivent de disposer d’une structure capable de soutenir leur vision stratégique, de renforcer leur organisation et les faire reconnaître par une tierce partie», souligne M. El Guerrouj. Ces deuxièmes Assises surviennent à un moment où la crise commence à prendre sensiblement de l’ampleur. L’ensemble des intervenants a mis en exergue l’utilité de la certification, comme étant un anticorps efficace capable de lutter contre la crise. Dans ce sens, Mme Chagar a rappelé que «la mondialisation et l’ouverture des frontières conjuguées à des crises mondiales à répétition ont secoué de nombreux opérateurs économiques, voire des pans entiers de l’économie». Et d’arguer en substance que «pour faire face à cette crise, l’entreprise marocaine peut résister à des concurrents locaux et internationaux et conquérir de nouveaux marchés en disposant d’une certification». Par ailleurs, l’ACM a procédé pour la première fois à la remise officielle de trois «Trophées ACM» aux entreprises privées, aux établissements publics et ONG. Le premier trophée a été remis à l’ONDA, représenté par son directeur général Dalil Guendouz. Le second a été remporté par Agrofood, tandis que le dernier a été attribué à l’association Afak, rendant ainsi hommage à son président Abderrahim Harouchi, décédé en août 2011.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *