Développement durable et communication, leviers de croissance

Les «Ateliers du monde» ont organisé l’atelier «Développement durable et communication, leviers de croissance» mercredi à Casablanca. A travers cette rencontre, cet atelier, présidé par Sabr Abou-Ibrahimi, fondatrice des Ateliers du monde, tend à intégrer le développement durable (DD) au cœur de la communication d’entreprise comme facteur de rentabilité, comprendre ses enjeux et adapter sa communication à son engagement. «Ces ateliers se veulent être un espace de réflexion, d’échange et de partage autour du développement durable des deux côtés de la rive méditerranéenne et également sud», déclare Mme Abou-Ibrahimi. En compagnie de cette dernière, Philippe Roy, expert canadien dans le DD, et participant à la rédaction de l’avant-projet de la charte nationale de l’environnement et du développement durable, a participé à cette rencontre. Son expertise en la matière lui a permis de développer une approche stratégique dans la conduite des affaires et des impératifs du DD. Il a en effet mis l’accent sur l’importance de la communication éco-responsable et sur le besoin croissant et la nécessité d’un recalibrage des richesses écologiques, tout en invoquant le rôle prépondérant que jouent les entreprises privées. Il en résulte alors selon M. Roy une relation étroite entre 3 pôles indissociables et complémentaires, à savoir l’environnement, la santé et l’économie qui œuvrent en finalité à l’épanouissement de l’être humain, au service de ses aspirations et aux réponses à ses besoins. «L’entreprise privée représente la personne morale qui apportera un véritable essor pour le développement durable», renchérit-il avant d’ajouter que «la communication institutionnelle créera une synergie entre l’Etat et la société civile». En outre, quelques entreprises certifiées RSE (responsabilité sociale d’entreprise) ont pris part à cette rencontre, notamment la BMCE Bank et le groupe minier Managem. Elles ont évoqué les apports et les valeurs ajoutées qu’elles occasionnent au niveau économique, social et environnemental. Au programme figurait également la projection d’un film documentaire réalisé par Gharb papier et carton (GPC) qui traite principalement la question du recyclage des plastiques et du carton. L’intérêt de cette projection est de montrer l’efficience et l’importance de ce type de recyclage.
En recyclant 1 tonne de papier, on économise près de 2,5 tonnes de bois et donc on préserve les arbres de la coupe. Mais le Maroc ne reprend que 28% du carton perdu. Pour conclure, l’approche responsable de la communication qui produit chez le consommateur un comportement responsable et une meilleure gestion des ressources étaient les leitmotives de cet atelier.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *