Développement en Côte d’Ivoire, Attijariwafa bank : Des projets plein la tête

Développement en Côte d’Ivoire, Attijariwafa bank : Des projets  plein la tête

Attijariwafa bank ne donne pas de limites à son développement en Afrique. À ce titre, la banque marocaine se positionne en tant que partenaire du développement de la Côte d’Ivoire.

C’est ainsi qu’elle a signé, le 25 février dernier, un mémorandum d’intention avec le Port Autonome d’Abidjan en vue d’initier des discussions relatives à la mise en place d’une collaboration active.

En effet, le Groupe Attijariwafa bank pourrait apporter toute son expertise dans l’accompagnement, le conseil, la structuration économique et juridique des projets, l’arrangement des financements et l’assistance à la recherche de partenaires financiers et industriels, dans le cadre des différents partenariats public-privé que pourrait initier le Port Autonome d’Abidjan. À noter que le Port Autonome d’Abidjan a mis en place un programme ambitieux et volontariste, visant à renforcer sa position sur la côte atlantique d’Afrique.

Ce programme d’investissement envisagé, vise à accroître la capacité d’accueil des navires, à moderniser les ouvrages portuaires et à renforcer la performance de la plate-forme portuaire d’Abidjan. Et c’est dans le cadre de cette approche, qu’Attijariwafa bank, en tant que groupe financier et accompagnateur de projets structurants, se propose de mettre à la disposition du Port Autonome d’Abidjan toute sa compétence et son appui, tant technique que d’arrangement financier, pour la réussite de ce plan de développement et marquer de manière plus forte son ancrage dans l’économie ivoirienne et sous régionale.

«Ce mémorandum d’intention vient à point nommé car il permettra au Port d’Abidjan de se donner les moyens de ses ambitions, afin de contribuer efficacement au développement de l’économie nationale et sous régionale, de par sa position de porte d’entrée de beaucoup de pays sans littoral», a souligné à ce sujet Hien Yacouba Sie, directeur général du Port Autonome d’Abidjan.

Aussi, pour sa part, Mohamed El Kettani, président-directeur général du Groupe Attijariwafa bank, a rappelé que «le rachat de la SIB en pleine période de crise en Côte d’Ivoire est un signe de l’attachement du Groupe à ce pays». Et de poursuivre : «Nous entendons dans le cadre de cette collaboration mettre à la disposition du Port Autonome d’Abidjan toute l’expertise marocaine notamment l’ingénierie financière, la recherche de partenariats et le financement de projets de développement».

Dans le même sillage et toujours dans l’appui aux programmes économiques ambitieux et volontaristes entrepris par la République de Côte d’Ivoire, Attijariwafa bank a posé son empreinte. Il s’agit cette fois-ci d’un plan autoroutier ambitieux, visant à doter le pays de plus de 1.500 km d’autoroute à l’horizon 2020. Aussi, dans le cadre de ce plan, Attijariwafa bank, en tant que groupe financier et accompagnateur de projets structurants, pourrait mettre à la disposition de la République de Côte d’Ivoire toute sa compétence et son appui technique pour la réussite de ce plan de développement.

À noter que la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) s’est attelée à réaliser un réseau d’autoroutes qui dépasse aujourd’hui les 1.400 km, et qui atteindra 1.800 km à l’horizon 2015. ADM a franchi depuis longtemps le seuil de maturité et se proposerait aujourd’hui, à travers sa filiale en gestion de projet ADM Projet, de partager toute son expérience et sa compétence dans la conduite de projets de cette envergure, au profit de la République de Côte d’Ivoire.

Au regard des objectifs communs de la République de Côte d’Ivoire, d’Attijariwafa bank et de la Société des Autoroutes du Maroc, les parties ont convenu d’engager les discussions en signant, le 1er mars, un mémorandum d’intention afin de définir ensemble les modalités pratiques de la collaboration et mettre en œuvre le projet d’assistance au ministère des infrastructures économiques pour la réalisation du programme autoroutier de la République de Côte d’Ivoire.

Pour M. El Kettani, «les challenges sont importants. Nous allons créer une plate-forme à Abidjan, mobiliser toutes les meilleures énergies et mettre à profit l’exploitation optimale de la synergie groupe afin de répondre aux besoins du marché».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *