Développement: L’entreprise féminine cherche des secteurs

Développement: L’entreprise féminine cherche des secteurs

Les femmes entrepreneurs ne devront plus rester sur le banc de touche en ce qui concerne leur participation au développement de l’économie locale.

C’est ainsi que l’Association des femmes chefs d’entreprises au Maroc (AFEM), représentée par sa vice-présidente Wassila Kara-Ibrahimi, a mis l’accent sur la nécessité de développer le potentiel entrepreneurial de la femme marocaine. Chapeauté par l’Organisation internationale du travail (OIT) depuis son lancement en 2015, le projet «Women for Growth» a permis de dresser une analyse définissant les secteurs à travers lesquels la femme entrepreneur représenterait un vrai vecteur de croissance économique. Durant la présentation de l’analyse intitulée «Sélections et choix des filières pour le développement des PME/TPE féminines», organisée lundi à Casablanca, les interventions ont porté sur l’urgence d’accompagner la femme entrepreneur dans les secteurs suivants : le textile et l’habillement, le tourisme, l’artisanat et les produits du terroir, et enfin dans le secteur des services. Ces secteurs étant considérés à fort potentiel de développement des PME et TPE féminines.

Pour la représentante de la Confédération générale des entreprises au Maroc, Sabr Abou Ibrahimi, «l’approche genre fait que la femme marocaine rencontre actuellement plusieurs obstacles quant à son immersion dans ces secteurs en tant que chef d’entreprise», soulignant «que malgré les différents obstacles, la femme demeure un acteur clé du développement économique».

L’entrepreneuriat féminin souffre du «manque de données quantitatives et qualitatives à cause de l’absence d’adoption de l’approche genre même au niveau des départements ministériels», a souligné El Aouad Aziza, experte en développement socio-économique et humain ayant veillé à la réalisation de l’analyse en collaboration avec le chef de projet de l’OIT.

46,5% des entreprises féminines opèrent dans l’industrie textile

La nouvelle vision pour le textile au Maroc à l’horizon 2025 ambitionne de repositionner le secteur afin qu’il devienne un véritable relais de croissance économique. Ainsi, la majorité des écosystèmes mis en place dans le cadre d’ici 2020 permet d’assurer une activité innovante, compétitive et surtout plus structurée.

7.700 nouvelles entreprises touristiques d’ici 2020

La promotion de l’activité des TPE et PME s’est faite à travers la mise en place des deux programmes : «Moussanada Siyaha» et «Imtiaz Siyaha».

Et ce ne sont que les premiers, vu que le secteur regroupe plusieurs niches à forte valeur ajoutée et en pleine progression, dont le nombre d’entreprises féminines ne cesse de croître malgré le manque de statistiques officielles.

Produits du terroir

Les produits du terroir sont aujourd’hui présentés comme des ressources précieuses qu’il convient de préserver et aussi de valoriser.

De ce fait, des programmes de développement de ces filières selon les spécificités régionales ont été mis en place afin de donner plus d’importance au rôle que joue la femme dans le développement du secteur. A noter qu’actuellement elles sont au nombre de plus de 480 coopératives féminines.

Artisanat

43% des coopératives artisanales sont dirigées par les femmes. Ceci s’explique par la mise en place de la stratégie «Vision 2015 de l’artisanat». La stratégie a permis la création d’un tissu d’entreprises dynamiques, dont plus de 987 coopératives.

Services : Secteur  transversal

Malgré le manque de chiffres indicatifs, il est facile de relever la prépondérance des entreprises féminines dans plusieurs filières du secteur, notamment en matière de formation, de communication, de consulting, d’éducation et même l’ingénierie.  Toutefois ce segment souffre encore du manque de stratégies ou programmes pour promouvoir ces filières.

Maryem Laftouty

(Journaliste stagiaire)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *