Développement territorial : La région de Tanger promue par Al Mountada

Développement territorial : La région de Tanger promue par Al Mountada

Les perspectives définies à l’horizon 2030 convergent vers une attractivité économique défiant celle de Casablanca-Settat qui a longtemps été  le premier bassin d’investissement au Maroc.

La région de Tanger a été au cœur des échanges d’«Al Mountada, cercle des patriotes». Le think tank a discuté dans la ville du détroit des nouveaux paradigmes du développement territorial de la région. Un débat fructueux auquel ont pris part des professionnels, responsables du milieu associatif et chercheurs. Ces échanges arrivent à point nommé du fait que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima connaît une mutation profonde. Ce territoire promet d’être une destination industrielle par excellence.

Les perspectives définies à l’horizon 2030 convergent vers une attractivité économique défiant celle de Casablanca-Settat qui a longtemps été  le premier bassin d’investissement au Maroc. L’heure étant de renforcer les efforts en vue d’atteindre l’effet d’entraînement escompté.

L’intérêt étant d’accompagner les besoins du secteur privé à travers une bonne formation professionnelle ainsi que d’accélérer le développement de l’intégration des filières. Mais la plus importante priorité reste de bannir les inégalité criantes dans la région, notamment en termes de revenu. Les participants à cette rencontre ont élaboré une série de recommandations visant à promouvoir la région sur le plan socio-économique.

La première recommandation est de dupliquer l’approche déployée dans les métiers mondiaux par les pouvoirs publics en concertation avec les représentants des opérateurs privés pour les nouveaux secteurs à développer. Les intervenants ont appelé à élever la formation professionnelle de la jeunesse en priorité nationale. ils ont par ailleurs proposé de développer des compétences locales avec lesquelles l’investisseur étranger devra collaborer une fois implanté au Maroc ainsi qu’un mode de croissance endogène, donnant la priorité aux PME et aux TPE productives à l’instar des modèles italien et coréen.

il est également nécessaire d’élaborer des plans de développement régionaux intégrant davantage les instances représentatives du secteur privé et de la société civile et de faire du citoyen tangérois un ambassadeur qui défend sa ville et la met en valeur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *