Déversement de Lixiviat : La nappe phréatique est-elle contaminée ?

Déversement de Lixiviat : La nappe phréatique est-elle contaminée ?

Glissement des corps de déchets dans la décharge de Tamlest à Agadir

Des laboratoires feront les analyses complètes des eaux aussi bien superficielles que souterraines afin de déterminer si l’eau a été contaminée. Les résultats seront prêts et livrés au cours de la semaine. Les analyses seront faites par l’Agence du bassin hydraulique Souss-Massa, l’ONEE Branche eau, la gendarmerie royale et la délégation préfectorale de la santé. Cette mesure a été prise suite à une sortie faite par une commission composée de représentants de plusieurs services (santé, gendarmerie, observatoire de l’environnement, bassin hydraulique…), le 6 mars, au site de la décharge de Tamlest et au village Ahlaka limitrophe de la décharge. Suite aux constats établis, la commission a recommandé plusieurs actions.

Notons dans ce sens l’urgence de procéder au curage des eaux stagnantes contaminées par le lixiviat au niveau de la digue d’oued Ahlaka par la société TecMed. Une analyse complète des eaux superficielles et souterraines est recommandée. Ladite société est également appelée à prévoir d’autres pièzomètres aux alentours de la décharge pour assurer le suivi de la qualité des eaux souterraines. Dans le même cadre, la commune d’Agadir devrait, selon les mêmes recommandations, conduire l’audit technico-financier du contrat et procéder à une expertise pour le diagnostic de la décharge de Tamlest. Sur le même volet, la commission appelle en urgence à entamer les discussions pour l’arrêt du mode de gestion après la fin du contrat avec TecMed (qui arrive à terme fin 2017).

Parmi les constatations établies par la commission, la stagnation du lixiviat au niveau de la digue d’oued Ahlaka et la présence des traces des chlorures de chaux utilisées par la société comme désinfectant. Soulignons dans le même cadre la présence de deux points d’eau qui approvisionnent la population des villages avoisinants et d’écuries de bétails et dépôts de trieurs près du village. Constat établi, lors de la visite d’ALM à la digue et au périmètre du village, situé à proximité de la décharge (voir photos). Selon nos sources, le village d’Ahlaka abrite à lui seul une centaine de familles et plus d’une soixantaine d’enfants.

Au niveau de la décharge, la commission a également noté l’endommagement du système d’étancheité du casier 2 et du système d’alimentation électrique des pompes de recirculation du lixiviat. Par ailleurs, et toujours selon les constats de la commission, le bassin n°5 de stockage de lixiviat est en cours de pose du système d’étanchéité.

La commission a également constaté la présence des trieurs au sein du site, de chiens errants, comme elle a souligné la présence d’un nombre considérable de dépôts de trieurs tout au long du mur de clôture. Les odeurs nauséabondes ont été ressenties.

Il est à noter que le problème des odeurs touche directement les villages avoisinants mais elles dépassent largement le périmètre de la décharge pour atteindre différents quartiers de la ville d’Agadir tel le quartier Assalam et Dakhla.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *