Diagnostic sur le Maghreb

Diagnostic sur le Maghreb

Paru aux éditions Publishing, cet ouvrage (198 pages, format moyen) établit un diagnostic de l’état actuel du Maghreb sur les plans politique, économique et social. Jawad Kerdoudi entame sa réflexion par la présentation du Maroc du 3-ème millénaire. « Le Maroc est considéré, à juste titre, comme l’un des pays les plus avancés en matière de libertés et de démocratie en Afrique et dans le monde arabe », écrit l’auteur. « Aussi, si le processus de démocratisation se poursuit normalement, le Maroc présente toutes les garanties sur le plan politique, d’un développement accéléré et durable », estime-t-il. Dans la deuxième partie de cet ouvrage, l’économiste met l’accent sur les différentes étapes qu’a traversées la construction de l’Union européenne et les obstacles qu’elle a eu à franchir. Les relations entre le Maroc et l’UE, avec ses conséquences positives, mais aussi ses insuffisances, sont amplement analysées dans la partie suivante. L’auteur procède, par la suite, à une présentation détaillée des potentialités des pays du Maghreb et des tentatives de construction de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), avant d’aborder la question cruciale que le livre se propose d’approcher : quelles actions déployer pour faire face au défi européen ? À l’heure de la guerre de positionnement économique, « le Maroc et d’une manière générale les pays du Maghreb n’ont d’autre choix que de relever le défi européen, comme la France et l’Europe ont relevé le défi américain », a indiqué Jawad Kerdoudi, lors de la cérémonie de présentation de son ouvrage. « L’idée d’écrire ce livre m’est venue en me remémorant l’ouvrage de Jean-Jacques Servan Shreiber -Le défi américain- publié dans les années soixante », a-t-il confié, rappelant que l’auteur avait procédé dans « Le défi américain » à un diagnostic sur le retard économique et social de la France et de l’Europe vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique. « On peut dire que quarante ans après, l’Europe a relevé le défi », estime M. Kerdoudi, pour qui les pays européens, en créant l’Union, se sont développés économiquement et socialement et « ont constitué un ensemble qui peut rivaliser largement, à l’heure actuelle, avec les Etats-Unis ». Selon lui, une démarche similaire pour le Maroc et le Maghreb vis-à-vis de l’Europe est largement envisageable. « En effet, de par sa réussite, l’Europe a lancé un véritable défi au Maghreb qu’il faut relever », indique l’auteur. « Le Maghreb face au défi européen » a le mérite de présenter certaines orientations préconisées par l’auteur pour que « le Maghreb puisse vivre dans la prospérité et la dignité dans le concert des autres nations ». Les pays du Maghreb se trouvent, sur le plan politique, dans l’obligation « d’approfondir la démocratisation, installer solidement les libertés individuelles et collectives, et de consolider l’Etat de droit », fait remarquer Kerdoudi. L’économiste rappelle qu’il est tout aussi indispensable, pour réaliser l’unité maghrébine, de « solutionner les problèmes politiques en suspens, et de réformer les institutions de l’UMA pour les rendre plus efficaces ». La synergie impulsée par la réalisation de l’unité maghrébine, et l’approfondissement des relations entre le Maghreb et l’Union européenne, devront avoir des conséquences bénéfiques sur le plan économique, lit-on dans la conclusion. Pour l’auteur, une meilleure intégration entre les pays du Maghreb aura pour conséquence de doper non seulement les échanges et les investissements intermaghrébins mais aussi ceux provenant des pays européens et étrangers. Le décollage de l’UMA permettra également « le développement de l’emploi productif, la réduction de la dette publique et le rééquilibrage du commerce extérieur », souligne l’économiste. Et de conclure qu' »en somme, cela permettra l’augmentation du PIB de chaque pays du Maghreb et améliorera les conditions de vie des populations ». Consultant économiste, Jawad Kerdoudi, est le président fondateur de l’Institut marocain des Relations Internationales (IMRI). Il est aussi le président du groupe de travail « relations Maroc-UE » de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *