Disway tire son épingle de jeu

Disway tire son épingle de jeu

Grâce à sa stratégie de développement très visionnaire, Disway a bien amorti l’impact de la crise en 2013. C’est ce qu’a révélé Hakim Belmaachi, président du directoire de Disway, lors d’une conférence de presse tenue, mardi 11 mars, à Casablanca. En effet, face au climat d’affaires assez morose, Disway a pu tirer son épingle du jeu.

«Il faut préciser qu’au cours de l’année 2013, le monde a connu un recul de 10% des ventes de PC en unitéd, passant de 351 millions d’unités vendues en 2012 à près de 316 millions. Aussi, cette baisse a été plus prononcée au niveau national avec un recul de 23%, passant de 431.000 unités en 2012 à 334.000. À l’opposé, le marché mondial des tablettes tactiles affiche un très fort potentiel avec un taux de croissance de 51% passant de 144 millions d’unités vendues à 217 millions», a expliqué M. Belmaachi. Et de poursuivre : «Ceci est l’impact direct du manque de liquidité touchant particulièrement les PME et limitant de manière significative leurs activités».

Cependant, en dépit de cet environnement peu porteur, Disway a pu maintenir ces indicateurs de croissance au même niveau que ceux de l’année dernière. «Disway a maintenu son niveau de rentabilité et sa solidité financière en 2013. Ainsi, nous sommes ressortis avec un chiffre d’affaires consolidé en quasi stabilité par rapport à 2012 avec un léger recul de 1,3% passant de 1,325 milliard de dirhams à 1,308 milliard de dirhams en 2013», a souligné M. Belmaachi.

Dans le même sillage, le résultat d’exploitation ressort bénéficiaire à 54,5 millions de dirhams comparativement à près de 56,5 millions de dirhams une année auparavant. Au final, le résultat net part du groupe se stabilise à 31 millions de dirhams contre 31,5 millions de dirhams à fin 2012. «Ces résultats sont le fruit de la concrétisation de notre stratégie de développement en 2013.

Une stratégie qui s’est avérée très rentable au niveau de nos performances financières», a relevé M. Belmaachi. En effet, Disway a procédé en 2013 au lancement de sa marque baptisée «Yooz». «La première vague de tablettes de notre marque a réalisé des ventes au-dessus de toutes nos attentes. Nous avons vite épuisé nos stocks et nous allons bientôt nous lancer dans la commercialisation d’une nouvelle vague de tablettes, en plus des smartphones et des accessoires informatiques sur l’ensemble de l’Afrique», a expliqué, pour sa part, Anas Benjelloun, directeur marketing de Disway.

Par ailleurs, la stratégie de développement a également concerné l’élargissement du catalogue de cartes, par la signature de deux contrats de distribution avec Asus, une des majors mondiales de matériels technologiques et aussi Jabra, opérateur de référence dans les accessoires informatiques filaires et sans fil.

En plus, Disway a assuré la poursuite du développement de son site e-commerce afin d’offrir à ses clients un service permanent et de qualité, et a investi dans un nouveau système d’information pour la gestion de sa plate-forme logistique conforme aux standards internationaux. Dans ce cadre, Disway Tunisie a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires de plus de 18% et fera l’objet d’une augmentation de capital en 2014 pour accompagner son développement, Disway MEA, une filiale détenue a 100% par Disway en vue de développer l’export et d’adresser le marché africain a été créée et enfin, les 50% des actions détenues par le Groupe SCH dans la société B’WARE Maroc, société spécialisée dans la distribution des produits lBM, ont été rachetés. Ainsi, Disway détient désormais 100% de cette filiale.
À noter que durant la même année, B’Ware Maroc a changé sa dénomination par Blueway Technology.

«Face à cette stratégie de développement très soutenue, la crise n’a presque pas atteint Disway qui reste l’une des valeurs les plus rentables du marché, avec une distribution de dividende de 15 dirhams par action en 2013».
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *