Diversification économique: Le Maroc, un modèle pour l’Afrique

Diversification économique: Le Maroc, un modèle pour l’Afrique

Le rapport a, en revanche, évoqué l’implication du Maroc à soutenir l’agriculture africaine. Les auteurs ont rappelé dans ce contexte l’accord signé en 2014 entre le Maroc et le Gabon portant sur la production d’engrais agricoles, dont l’investissement est chiffré à 2,3 milliards de dollars.

Le Maroc est une source d’inspiration pour les pays africains. Une conclusion tirée par des experts américains auteurs d’une étude portant sur les modalités à adopter par l’Afrique pour dépasser la tendance baissière des marchés émergents. Le rapport a mis en relief deux atouts du Maroc servant de modèle pour les pays voisins.

Il s’agit, entre autres, de la diversification de l’économie nationale ainsi que du leadership du Maroc en termes d’énergie renouvelable. «Les pays africains n’ont pas toujours besoin d’aller ailleurs en quête d’inspiration et de partenaires, afin de créer de la valeur ajoutée pour leurs produits destinés à l’export», confirment à cet effet les deux auteurs de l’étude, en l’occurrence Peter Pham, directeur de l’Africa Center au sein du think tank US Atlantic Council, et Aubrey Hruby, membre éminent non résident au même centre et co-fondatrice du Africa Expert Network.

Le rapport fait, dans ce sens, constater que la diversification de l’économie marocaine positionne le Royaume en tant que hup régional et plaque tournante dans des domaines structurants particulièrement le tourisme et les services financiers. L’étude a rappelé, par ailleurs, les efforts consentis par le Maroc. L’accent a été mis sur l’amélioration de la productivité du secteur agricole à la faveur de plans nationaux destinés à promouvoir la soutenabilité en matière d’irrigation et à augmenter les exportations des produits agricoles. «Le Plan Maroc Vert se fixe pour objectif de créer pas moins de 1,5 million de nouveaux emplois à l’horizon 2020, à travers l’accélération du développement de la compétitivité du secteur, et ce grâce à plus de 1.000 nouveaux projets à haute valeur ajoutée», relève-t-on du rapport intitulé «Faire face à l’impact : comment l’Afrique peut-elle dépasser la tendance baissière des marchés émergents».

Le rapport a, en revanche, évoqué l’implication du Maroc à soutenir l’agriculture africaine. Les auteurs ont rappelé dans ce contexte l’accord signé en 2014 entre le Maroc et le Gabon portant sur la production d’engrais agricoles, dont l’investissement est chiffré à 2,3 milliards de dollars. L’accord prévoit ainsi la construction d’une usine dans chaque pays pour produire des engrais à partir du phosphate marocain et du gaz gabonais. En outre, les auteurs ont mis en exergue les différents chantiers engagés au niveau national, en l’occurrence le complexe solaire «Noor-Ouarzazate» qui se veut le plus grand projet du genre au niveau mondial.

Rappelons que la rencontre de présentation dudit rapport a connu la participation de grandes personnalités du monde économique. Citons à cet égard Uche Orji, directeur exécutif du fonds d’investissement souverain nigérian, qui a estimé que son pays devrait s’inspirer de l’approche marocaine en matière de diversification économique et de consolidation des infrastructures précisément dans les domaines portuaire et routier.

(Avec MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *