Dix milliards pour les routes rurales

Dix milliards pour les routes rurales

Le ministère de l’Equipement et du Transport a organisé une table ronde, hier lundi à Rabat, sur le financement du 2ème programme national des routes rurales (PNRR II) qui prendra le relais du premier PNRR et s’étalera de 2005 à 2015. Grâce à ce programme, le taux d’accessibilité de la population rurale passera de 54 à 80%. Avec un rythme de 1.500 km par an, le ministère ambitionne ainsi de construire 15.000 km de routes rurales entre 2005 et 2015.
Réalisé sur la base d’une étude globale sur les besoins en routes dans le monde rural, le PNRR II nécessitera une enveloppe budgétaire de 10 milliards de DH pour la construction ou l’aménagement de 15.000 km de routes rurales. Ce budget sera mobilisé à hauteur de 40% par le Fonds spécial routier et le budget général. Le partenariat avec les communes et les ONGs locales couvrira 10% des besoins en financement. Quant aux 50% restants, ils seront assurés par les emprunts effectués par la Caisse pour le financement routier. Cette entité, créée en avril 2004, a pour mission de rechercher et de mobiliser les ressources en vue de participer aux financements des programmes de construction et d’aménagement du réseau routier marocain.
Le but de la rencontre d’hier a été de présenter ce deuxième programme de construction des routes rurales, afin que les bailleurs de fonds, principalement étrangers, puissent participer au financement.
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le ministre de tituelle, Karim Ghellab était entouré de l’ambassadeur chef de la délégation de la commission européenne, Sean Doyle, du directeur des pays du Maghreb à la Banque mondiale, Théodore Ahlers, du directeur régional à Rabat de la Banque islamique du développement, Hani Salem Sonbol et du directeur pour le Maroc de l’Agence française de développement, Pierre Grasset.
Par ailleurs, l’ambassadeur d’Italie à Rabat ainsi que plusieurs autres responsables à l’ambassade japonaise ont participé à cette table-ronde.
Karim Ghellab a insisté, dans son intervention, sur la nouvelle approche qui caractérise l’élaboration et la réalisation de ce deuxième programme. Il s’agit de l’approche participative.
En effet, les opérations du programme seront discutées avec les élus et les autorités locales au sein des Conseils provinciaux et préfectoraux pour répondre réellement aux besoins des populations concernées. A ce titre, notons que le ministère a signé des conventions avec les autorités locales pour la prise en charge de l’exploitation et la maintenance des routes.
Pour ce qui est de la répartition régionale, le PNRR II prévoit la construction de 2.197 km de routes rurales dans les provinces sahariennes. Pour Sous-Massa-Draâ, cette longueur est de 1.958 km. Plus de 1.200 km de routes seront construits dans la région de Taza-Al Hoceima-Taounate.
Les participants ont également insisté sur l’impact socio-économique de la construction des routes sur la vie des habitants du monde rural. Il suffit de rappeler que ces voies de communication encouragent la scolarisation, surtout féminine, sans compter la diminution des prix de transport.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *