Doing Business 2018 : Le Maroc sur le podium de la région Mena

Doing Business 2018 : Le Maroc sur le podium de la région Mena

Le Royaume se hisse à la 3e place derrière les Emirats Arabes Unis et le Bahreïn tout en restant leader en Afrique du Nord

Le rapport place le Maroc au 69ème rang mondial parmi 190 pays avec un score de 67,91 points. Une performance qui permet au Royaume de consolider sa place en tant que leader en Afrique du nord devant la Tunisie 88ème, l’Egypte 128ème et l’Algérie 166ème.

Belle prouesse du Maroc dans le Doing Business 2018. Le Royaume a non seulement consolidé sa position à l’échelle internationale en dépit d’une conjoncture sociale et politique particulière, mais il est parvenu à améliorer sa position dans la région Mena.

Dans les détails, le rapport élaboré annuellement par la Banque mondiale place le Maroc au 69ème rang mondial parmi 190 pays avec un score de 67,91 points. Une performance qui permet au Royaume de consolider sa place en tant que leader en Afrique du nord devant la Tunisie 88ème, l’Egypte 128ème et l’Algérie 166ème.

La bonne nouvelle cette année, vient du classement dans la région Mena. En effet, le Royaume arrive à se hisser au 3ème rang parmi les pays du Mena derrière les Emirats Arabes Unis 21ème et le Bahreïn 66ème, et devance pour la première fois le Sultanat d’Oman 71ème. Sur le plan continental, le pays préserve sa troisième place derrière l’Île Maurice 25ème et le Rwanda 41ème, et reste donc loin devant les premiers poursuivants, à savoir le Botswana 81ème et l’Afrique du Sud 82ème.

La meilleure performance mondiale si proche !

Plus loin encore, le score réalisé par le Maroc dans cette édition DB2018 le met à seulement quelques encablures des meilleures performances internationales. Car le Royaume a obtenu un score de 67,91 sur 100, ce qui signifie qu’il est à 1/3 du chemin vers la meilleure performance au monde. Autrement, le Maroc s’approche à grands pas des meilleures performances dans les indicateurs à caractère procédural grâce aux scores obtenus respectivement dans la création d’entreprise (92,46/100; 17ème), le paiement des impôts (85,72/100; 25ème), le commerce transfrontalier (81,12/100; 65ème) et l’octroi de permis de construire (79,73/100; 17ème).

Points forts et défis à venir

Le Maroc a également de nombreux autres atouts à faire valoir. C’est le cas notamment pour l’indicateur de création d’entreprise à travers la réduction de la durée de création d’une entreprise. La simplification et la généralisation des procédures de la télédéclaration et du télépaiement de l’Impôt sur les sociétés (IS), de l’Impôt sur le revenu (IR), de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et des cotisations à la sécurité sociale figurent également parmi les points forts du Royaume tout comme l’amélioration et le renforcement des services en ligne au profit de l’entreprise. Par ailleurs, les experts de la Banque mondiale ont également pris en compte les arguments présentés en matière de protection des investisseurs minoritaires, pour ce qui est du renforcement du droit des actionnaires et de la gouvernance au sein des entreprises et l’exigence davantage de transparence, et ce, conformément aux textes légaux et réglementaires en vigueur, ainsi qu’en matière du transfert de propriété, par rapport à la qualité du système d’administration foncière. Cela dit, des défis restent encore à relever pour parvenir à s’approcher des meilleures performances mondiales. Il faut dire que le Maroc accuse encore du retard par rapport aux indicateurs à caractère légal et réglementaire, à savoir le règlement de l’insolvabilité (34,03; 134ème), l’obtention de prêts (45,00; 105ème) et la protection des investisseurs minoritaires (58,33; 62ème).

Classement dans la région Mena

Classement en Afrique

Classement en Afrique du Nord

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *