Dr Mouad Chentouf : «Le Nord est une région caprine par excellence»

Dr Mouad Chentouf : «Le Nord est une région caprine par excellence»

Dr Mouad Chentouf, chef du Centre régional de la recherche agronomique de Tanger

Dans cet entretien, Dr Mouad Chentouf nous parle de l’objectif de l’atelier sur l’insémination artificielle des petits ruminants, dont les travaux se tiendront, mercredi 18 décembre, dans la ville du détroit.

ALM : Quel est l’objectif principal de cet événement ?

Dr Mouad Chentouf : L’objectif de cet atelier est de promouvoir l’utilisation de l’insémination artificielle des petits ruminants comme biotechnologie de la reproduction en vue d’améliorer et préserver les populations locales et les races menacées d’extinction. Il constitue ainsi une occasion de partager des expériences et des acquis de recherches dans ce domaine. Au Maroc, l’insémination artificielle est largement appliquée chez les bovins. Par contre, cette technique est très peu utilisée chez les ovins et les caprins.
Nous travaillons beaucoup au sein de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) sur l’insémination artificielle à travers une série de programmes, permettant l’élaboration des technologies bien adaptées à nos races dans deux grandes zones de production, en l’occurrence Tanger-Tétouan-Al Hoceima pour les caprins et Settat pour les ovins. Nous sommes actuellement à même d’accompagner la mise en œuvre de cette technique auprès des éleveurs des petits ruminants.

Quelles sont les mesures prises pour l’encouragement de l’utilisation de l’insémination artificielle auprès des éleveurs ?

Le Plan Maroc Vert y contribue à travers de grands projets, parmi lesquels le nouveau centre d’insémination artificielle caprin qui est en cours de réalisation dans la région d’Ouezzane. L’objectif principal de ce nouveau centre est d’héberger les meilleurs reproducteurs de nos races locales et faire bénéficier un maximum d’élevages du progrès génétique atteint à travers l’insémination artificielle. Ce qui permet d’obtenir à la naissance des jeunes chevreaux dotés d’un grand potentiel génétique.

Quel est l’apport du PMV au développement de la filière caprine dans la région du Nord ?

Le plan agricole régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima considère le développement de la filière caprine comme une priorité dans cette région. Il a, à cet effet, mis en place beaucoup de projets de développement en termes d’agrégation via, entre autres, des organisations de professionnels et d’appui et d’encadrement des éleveurs. Il a été à l’origine d’un grand projet innovateur visant à permettre aux éleveurs d’accéder à la génétique performante, comme il a permis de créer des unités de valorisation du lait de chèvres pour la production de fromage.
Parallèlement des événements sont régulièrement organisés pour promouvoir la filière caprine comme c’est le cas de la foire caprine de Chefchaouen.

Qu’est-ce qui distingue la production caprine du Nord des autres régions au Maroc ?

Le Nord est une région caprine par excellence grâce à sa nature montagneuse et ses parcours forestiers. Des populations caprines autochtones y sont conduites quotidiennement sur des espaces pastoraux avec la liberté de choisir les circuits empruntés et les plantes consommées. Les travaux de l’INRA ont montré que les caprins parcourent quotidiennement plus de 4 km et consomment plus de 16 espèces pastorales typiques de la région. Ce mode de conduite donne une véritable typicité au lait et à la viande produits dans la région. Celle-ci dispose également d’une race locale : la race Beni Arouss, qui a pu être reconnue officiellement grâce aux efforts de tous les intervenants, notamment l’INRA, la direction régionale de l’agriculture et l’Association nationale ovine et caprine (ANOC). Cette race fait l’objet d’un ambitieux programme d’amélioration et de sélection et de diffusion du progrès génétique par l’ANOC. La région dispose d’autres populations qui sont en cours de caractérisation pour leur reconnaissance en tant que races.

Quel est le rôle de l’INRA dans le développement de cette filière ?

L’INRA dispose d’une unité de recherche sur la production animale dédiée à la filière caprine mobilisant une équipe de chercheurs multidisciplinaires et une importante infrastructure scientifique et technique. Des recherches y sont menées pour l’amélioration de la conduite alimentaire des animaux, la mise au point de techniques de reproduction améliorées, la caractérisation des populations caprines locales et l’amélioration de la valorisation du lait et de la viande caprine. Désormais nous disposons de technologies adaptées à notre contexte et à même d’améliorer la productivité et la durabilité de cette importante filière de production.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *