Du couscous à la Bourse ce vendredi

Du couscous à la Bourse ce vendredi

C’est aujourd’hui vendredi 8 juillet à 12 heures que devaient être  annoncés les résultats de l’introduction de Dari en Bourse, opération faite par augmentation de capital. Mais bien avant cette date, l’heure est au satisfecit chez Finergy, conseiller de l’opération.  Institutionnels et personnes physiques qui avaient 40 000 actions chacun ont largement répondu à l’appel. L’émission portait sur 30 millions de dirhams.
Le directeur général de Finergy, Nour Eddine Chammat, parlait hier  de plus de 1300 souscripteurs pour une demande portant sur 800 000 titres. «Ce qui est notable», explique-t-il, rappelant que « Dari  est  une PME qui a un projet de développement fiable ».
La cotation officielle démarre lundi prochain, soit le 11 juillet avec cérémonie et coup de cloche, dans la pure tradition de la Bourse. La valeur Dari Couspate a été souscrite plus d’uune dizaine de fois, dénotant un intérêt certain pour cette marque alimentaire qui détient entre 15 et 18% des parts de marché dans son secteur d’activité.  Spécialisée dans la fabrication de couscous et de pâtes alimentaires, la société est dotée d’une capacité de production s’élevant à 12 000 tonnes par an. Un volume appelé à augmenter en corollaire avec le marché du couscous lié à l’augmentation de la population. Le potentiel existe, puisque selon les statistiques, le Marocain consomme deux fois moins de couscous que l’Algérien.
L’outil de production intègre un process de fabrication intégralement automatisée, utilisant des techniques de pointe tel que le séchage à très haute température. Autres éléments à l’appréciation des analystes et des souscripteurs, le comportement de Dari depuis sa création en 1995. L’entreprise connaît des indicateurs en amélioration continue.
Au titre de l’exercice 2004, le chiffre d’affaires de 113,5 millions de dirhams a été réalisé à hauteur de 15% à l’international, notent les analystes de BMCE Capital.
L’entreprise exporte essentiellement en Europe et depuis peu au Japon. Certains produits de l’entreprise sont aussi exportés au Canada (Balboula par exemple, caractérisé par une faible teneur  en calories) L’appréciation du résultat net de 6,2% est un autre élément qui explique l’engouement autour de la valeur de Dari.
Pour les analystes de la place, Dari est une valeur d’avenir en égard à ses activités génératrices de valeur ajoutée (croissance attendue de 16% à fin 2005). Le trend devra être maintenu sur la période 2005-2007 avec une progression à deux chiffres de l’ordre de 13%. Le résultat net de l’entreprise devrait être positif au terme de l’exercice en cours, à environ +8,5 millions de dirhams.
Le succès de Dari marque, d’après les analystes, et en perspectives de l’introduction prochaine de Aicha, l’intérêt des entreprises familiales pour la BVC.
Dicté par des besoins de financement, l’introduction de Dari servira au financement d’une deuxième unité de production à Salé et à une série de réalisations inscrites dans le programme de l’entreprise. Notons qu’il s’agit d’une introduction par ouverture de capital et non par simple cession de parts. Cette opération permet à Dari à la fois de financer son programme de développement, de recruter du personnel et, dispositions prévues par le législateur, de bénéficier pendant trois ans d’une substantielle réduction sur l’IS.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *