Eau : Riposte face aux signes de «déshydratation»

Eau : Riposte face aux signes de «déshydratation»

Baisses spectaculaires au niveau de certains bassins hydrauliques

Le volume de l’eau arrivé dans les principaux barrages a atteint 776 millions m3 entre septembre et octobre 2019, soit une baisse de 13% par rapport à la norme.

La riposte publique pour faire face à la problématique de l’eau tombe à point nommé. Sous une impulsion royale, le plan national de l’eau vise à à apporter des solutions rapides à des besoins plutôt pressants. Et pour cause. Les derniers chiffres officiels datant de fin 2019 renseignent sur une situation cruciale. Dans le détail, le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau affirme que le volume de l’eau arrivé dans les principaux barrages a atteint 776 millions m3 entre septembre et octobre 2019, soit une baisse de 13% par rapport à la norme.

Mais puisque le diable est dans le détail, la baisse pluviométrique au niveau de certains bassins hydrauliques au Maroc est plus spectaculaire durant la même période en comparaison avec la moyenne référentielle. Ainsi, les bassins méditerranéens occidentaux (nord du pays) ont enregistré une baisse de l’ordre de -65%, le bassin de Tanger connaît, lui, un déficit de -58% alors que le bassin du Souss enregistre pour sa part une baisse de -95%. Le taux de remplissage des barrages toujours au cours de la même période a atteint 45,41%, soit 7,10 milliards m3. A titre de comparaison, le taux de remplissage durant la même période en 2018 était de 58%, soit 8,8 milliards m3. La situation pousse donc le pays à se mobiliser dès maintenant.

Un plan d’action 2020 est déjà prévu par les autorités compétentes. Un plan lui-même tiré du plan national qui court jusqu’en 2026 selon les Hautes orientations royales. Concrètement, la tutelle annonce la finalisation de 4 barrages à Tanger, Errachidia, Tinghir et Taroudant en plus de la poursuite des travaux de pas moins de 11 grands barrages dans différentes régions du Royaume. A cela s’ajoute le lancement de la construction de trois grands barrages dans les régions de Fès-Meknès, Rabat-Salé-Kénitra et Souss-Massa. Mais les responsables comptent également faire appel aux ressources de la nappe phréatique. Parmi les projets prévus cette année, il y a la poursuite du forage de nouveaux puits et le lancement de forages nouveaux. Il s’agit également du lancement de travaux de puits beaucoup plus profonds pour rechercher de nouvelles ressources au niveau des nappes profondes. Cela dit, les autorités vont en parallèle lancer une étude pour déterminer avec exactitude le niveau de la nappe phréatique en plus de l’établissement d’une carte hydrogéologique nationale. Enfin, le pays compte valoriser les eaux de surface à l’échelle nationale à travers le lancement de plusieurs études au cours de 2020 et de la réactualisation des données disponibles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *