Echanges commerciaux maroco-japonais : Le Maroc déficitaire de 1,2 MMDH

Echanges commerciaux maroco-japonais : Le Maroc déficitaire de 1,2 MMDH

Entretien avec Mohamed Abbou, ministre délégué auprès du ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, chargé du commerce extérieur

ALM : Le Royaume organise la 4ème édition du Forum arabo-japonais. Quelles sont les aspirations du Maroc dans ce sens ?

Mohamed Abbou : Nous espérons à travers ces rencontres renforcer la coopération économique entre les pays arabes. Le Maroc, comme vous le savez, est signataire d’un accord de facilitation et de développement des échanges commerciaux avec les pays arabes. Ce partenariat a permis depuis sa mise en œuvre d’accroître de façon régulière et importante le volume des échanges commerciaux.

Qu’en est-il des relations maroco-nippones?

Le Maroc entretient avec le Japon des relations privilégiées sur le plan politique et diplomatique. Toutefois les relations commerciales restent en deçà des attentes. A titre d’exemple, le volume des produits exportés au Japon est vraiment minime. L’offre à l’export est limitée à trois principaux produits. Citons dans ce sens : les conserves de poissons, les composants électroniques et les phosphates.
A fin 2015, la valeur des produits importés du Japon a atteint les 2,7 milliards de dirhams. En revanche, les exportations n’ont pas dépassé le 1,5 milliard de dirhams. On relève ainsi un déficit commercial au profit du Japon qui avoisine 1,2 milliard de dirhams. Un écart qui reste quand même important.

Sur quoi devrait-on miser pour booster les échanges commerciaux entre les deux pays ?

Le potentiel du Maroc est énorme. Grâce aux stratégies sectorielles engagées au niveau national, le Royaume offre de grandes opportunités commerciales. Nous misons aujourd’hui sur deux secteurs phares. Le premier n’est tout autre que l’automobile. L’attractivité du secteur ainsi que les facilitations des investissements incluses dans le cadre du Plan d’accélération industrielle ont encouragé un bon nombre d’entreprises nippones à investir au Maroc. L’industrie agroalimentaire est également une aubaine pour les deux pays. Nous espérons consolider davantage les échanges sur ce segment. Le textile et cuir pourront également jouer en faveur des exportations marocaines vers le Japon.

Comptez-vous signer des partenariats commerciaux en marge du Forum ?

Pour l’instant, je peux vous assurer que des discussions sont en cours afin de préparer un accord préférentiel entre le Maroc et le Japon.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *