Échanges extérieurs à fin septembre 2014: Embellie confirmée pour les exportations automobiles

Échanges extérieurs à fin septembre 2014: Embellie confirmée pour les exportations  automobiles

À ce titre, les exportations ressortent en hausse de 6,7% à fin septembre 2014 par rapport à la même période en 2013. C’est ce qui ressort des chiffres préliminaires des indicateurs mensuels des échanges extérieurs publiés par l’Office des changes au titre des neuf premiers mois de 2014. En effet, les exportations de marchandises, exprimées FAB, se sont établies à 147,250 milliards DH contre 137,994 milliards DH à fin septembre 2013.

À noter que ces exportations, au titre des trois premiers trimestres de l’année 2014, ont été marquées par un fort dynamisme des principaux secteurs, à savoir l’automobile qui devient le premier secteur exportateur avec une part de 19,6% contre seulement 16% un an auparavant. Il bondit, ainsi, de 31,3% réalisant un total d’export de 28,924 milliards DH. Dans le même sillage, le secteur du textile et cuir se bonifie de 4% en exportant pour 17,519 milliards DH. Aussi, les secteurs électronique et aéronautique enregistrent des hausses respectives de 22,2 et 3,7% équivalentes à un total exporté de 6,338 milliards DH et de 5,518 milliards DH.

Dans le même sillage, les exportations de l’agriculture et agroalimentaire ont bondi de 2,6% pour se chiffrer à 26,506 milliards DH. Ces augmentations ont été atténuées, néanmoins, par la baisse des ventes de phosphates et dérivés de 4,6%. En termes de valeur, la baisse des ventes de phosphates et dérivés se chiffre à 1,359 milliard DH. Ainsi, portées par les performances des principaux secteurs dont essentiellement la construction  automobile et le secteur de l’électronique, les exportations marocaines sont parvenues à se redynamiser en dépit d’un environnement peu porteur.

À noter qu’au titre de la période allant de janvier à septembre 2014, les échanges commerciaux du Maroc avec le reste du monde ont été marqués par une forte dynamique du taux de couverture des importations par les exportations évalué à 50,7% contre 47,7% un an auparavant. Le déficit commercial diminue pour se chiffrer à 143,455 milliards DH contre moins 151,101 milliards DH à fin septembre 2013, soit une amélioration de 5,1%.

Aussi, cet allègement du déficit commercial s’explique par une augmentation de la valeur des importations moins importante que celle des exportations. Dans ce sens, les importations de marchandises, évaluées CAF, ont porté sur 290,705 milliards DH contre 289,095 milliards DH une année auparavant, soit une légère hausse de 0,6%. Cette hausse a affecté particulièrement les produits alimentaires qui se sont invités au Maroc en hausse de 15,7% avec le blé dont la facture s’est renchérie de 4,327 milliards DH au cours de ces neuf premiers mois de 2014.

De même, les importations des produits finis de consommation ont boosté leur entrée au Maroc avec les voitures de tourisme qui bondissent de 14,3% et les tissus et fils de fibres synthétiques et artificielles qui augmentent de 15,2%. De ce fait, la petite hausse des importations est clairement imputable en cette année 2014 aux niveaux élevés des achats de produits alimentaires, notamment le blé.

Des flux financiers instables

Selon les données communiquées par l’Office des changes, les flux financiers relatifs aux voyages, aux MRE et aux flux des investissements directs étrangers au Maroc ont enregistré, à fin septembre 2014, des variations plutôt mitigées. Ainsi, les recettes des voyages se sont chiffrées à 44,896 milliards DH contre 44,311 milliards DH à fin septembre 2013. Les recettes voyages ressortent, donc, en hausse de 1,9%.

Pour leur part, les recettes MRE se sont établies à 44,796 milliards DH contre 44,311 milliards DH à fin septembre 2013, en légère hausse de 1,1%, marquant une certaine stabilité des flux. Cependant, les flux des investissements directs étrangers au Maroc battent tous les records de baisse. Ils ressortent avec des recettes de 19,107 milliards DH à fin septembre 2014 contre 20,160 milliards DH une année auparavant, régressant ainsi d’un important 5,2%.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *