Échanges extérieurs : Le fossé continue de se creuser

Échanges extérieurs : Le fossé continue  de se creuser

L’Office des changes relève un déficit de 38 MMDH des transactions courantes et de 94,6 MMDH de la balance commerciale au 1er semestre

Les six premiers mois de l’année ont été marqués par une croissance d’importations bien plus supérieure à celle des exportations.

Le déficit du compte des transactions courantes s’aggrave. Au premier semestre de l’année, l’écart se situe autour de 38 milliards de dirhams contre un négatif de 23,8 milliards de dirhams observés à la même période de l’année. Ce creusement résulte de l’augmentation des déficits des transactions au titre des biens et du revenu primaire. C’est ainsi que l’Office des changes explique l’évolution du compte courant.

Dans sa dernière note relative aux échanges extérieurs au titre des six premiers mois, l’Office fait ressortir une aggravation du déficit des transactions des biens de l’ordre de 5,1 milliards de dirhams. L’écart du revenu primaire s’est accru pour sa part de 4,2 milliards de dirhams. En revanche, les excédents au titre des services et des revenus secondaires ont baissé respectivement de 2,6 et 2,3 milliards de dirhams. Dans le même sillage, l’Office des changes fait savoir que le déficit du compte courant est «financé par les flux nets de capitaux au titre des investissements directs, des crédits commerciaux, des prêts, ainsi que par le recours aux avoirs de réserve de l’Institut d’émission».

Sur le plan commercial, le déficit s’est établi autour de 94,6 milliards de dirhams au moment où il se situait autour de 86,8 milliards de dirhams. De même, le taux de couverture a atteint au premier semestre les 56,7%, en baisse par rapport à ce qui a été observé une année auparavant (57,2%). Les six premiers mois de l’année ont été marqués par une croissance d’importations bien plus supérieure à celle des exportations. Les achats se sont ainsi consolidés de 7,8%, soit un additionnel de 15,7 milliards de dirhams.

Les ventes se sont améliorées sur ladite période de 6,9% gagnant sur l’année une valeur supplémentaire de 8 milliards de dirhams. En analysant ces évolutions, il ressort que la hausse des importations ayant atteint à fin juin 2017 les 218,5 milliards de dirhams est tirée par l’accroissement de tous les groupes de produits. L’Office des changes relève dans ce sens la hausse des produits énergétiques. Leurs importations ont atteint les 33,6 milliards de dirhams à fin juin contre 24,7 milliards de dirhams une année auparavant.

Les achats de biens d’équipement se sont quant à eux améliorés de 3 milliards de dirhams au premier semestre. Les importations de produits finis de consommation et de demi-produits ont évolué à un rythme identique gagnant respectivement 1,7 et 1,3 milliard de dirhams par rapport au premier semestre 2016. Le Maroc a réalisé sur le marché étranger des exportations de l’ordre de 124 milliards de dirhams.

Une bonne performance a été observée durant le semestre sur la quasi-totalité des secteurs. Au niveau du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, les ventes à l’export se sont consolidées de 2 milliards de dirhams contre 1,7 milliard de dirhams pour les phosphates et dérivés et 1,1 milliard de dirhams pour l’automobile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *