Economie mondiale : le FMI rassure

Economie mondiale : le FMI rassure

Les risques pesant sur l’économie mondiale ont un peu diminué sur les six derniers mois mais leur nature a changé. C’est ce qu’a déclaré lundi le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Rodrigo Rato. «Où en est l’économie mondiale maintenant? Je ne pense pas que les risques sont plus importants qu’ils ne l’étaient il y a six mois. Je pense même qu’ils ont un peu diminué. Mais certains de ces risques sont différents et il y a une plus grande prise de conscience des incertitudes et des paradoxes qui sous-tendent notre prospérité actuelle», a-t-il déclaré lors d’un discours à Washington.
M. Rato a également prévenu que les changements que le FMI va devoir consentir dans le cadre de son processus de réforme «ne vont pas être faciles» mais qu’il pensait pouvoir rassembler un consensus parmi les pays membres pour le mener à bien. Le FMI, et la Banque mondiale, vont tenir leurs assemblées semi-annuelles à Washington le week-end prochain.
«Nous vivons une époque intéressante et parfois paradoxale. La croissance de l’économie mondiale a atteint 5% l’an dernier mais les marchés financiers ont perdu 4% en un seul jour», a souligné M. Rato.
«La mondialisation financière a donné à des milliards de personnes l’accès aux marchés financiers et aux investisseurs des opportunités qu’ils n’ont jamais eu auparavant. Mais les déséquilibres entre les principales économies demeurent importants et une volonté de plus en plus marquée de prendre des risques a conduit à des pratiques discutables en matière de crédit et d’emprunt», a constaté le directeur-général du FMI.
«Les banques centrales dans le monde ont consolidé leur crédibilité en matière de lutte contre l’inflation et leur tâche a été facilitée ces six derniers mois par des prix plus bas du pétrole. Mais le risque que des évènements politiques puissent venir perturber l’économie mondiale est toujours présent», a-t-il averti.
Dans son dernier rapport, le FMI  a également déclaré que l’intégration de la Chine, de l’Inde et des économies de l’ancien bloc soviétique a entraîné des effets bénéfiques. Concurrence des pays émergents, délocalisation, immigration… La mondialisation du marché du travail est fréquemment accusée de faire le lit du chômage dans les vieux pays industrialisés. Le dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales du Fonds monétaire international (FMI) arrive à des conclusions beaucoup plus mesurées. «L’intégration dans la population active mondiale des travailleurs des pays émergents et en développement a été très bénéfique pour les pays avancés», estime le FMI. La globalisation du marché du travail s’est considérablement accrue au cours des deux dernières décennies. L’intégration de la Chine, de l’Inde et des anciens pays de l’Est à l’économie mondiale s’est ainsi traduite par un quadruplement de la population active depuis le début des années 1980. Elle devrait encore doubler d’ici 2050.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *