Écosystèmes: Elalamy veut un chiffre d’affaires de 5,5 milliards DH à l’export d’ici 2020

Écosystèmes: Elalamy veut un chiffre d’affaires de 5,5 milliards DH à l’export d’ici 2020

Ces écosystèmes concernent la chaussure, la maroquinerie et les vêtements en cuir, ainsi que la tannerie. L’objectif de l’accompagnement de ces filières étant, entre autres, d’intégrer l’informel dans le formel et créer 35.000 emplois stables.

Les 4 contrats de performance lancés et signés, jeudi à Rabat, pour accompagner 3 écosystèmes du secteur du cuir dans le cadre du plan d’accélération industrielle ne se limitent pas à dresser des constats comme l’a dit le président de la fédération chargée de cette industrie. «Ces contrats tracent plutôt une feuille de route pour les 5 prochaines années», enchaîne Hamid Ben Rhrido qui estime que «le secteur est censé rattraper beaucoup de retard».
Et c’était à My Hafid Elalamy de lui répondre : «le secteur est en marche.

S’il y a eu des retards, c’est parce que nous pensions à la manière dont la filière sera transformée». Et ce n’est pas tout ! Le ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique désire «transformer ce secteur dont une partie est déjà dans la modernité». Pour ce faire, M. Elalamy s’exprime sur le besoin de «récupérer notre compétitivité, exporter la tannerie et augmenter de 2,7% la valeur ajoutée du secteur». Pour sa part, Mohamed Boussaid, qui était également de la partie, demeure optimiste et raisonne en termes d’apport du secteur pour l’économie. «Une croissance de 3,7% des secteurs non-agricoles est prévue en 2016», précise le ministre de l’économie et des finances.

Ceci étant, lesdits contrats permettront, selon le président de la Fédération des industries du cuir (FEDIC), de «consolider plusieurs avantages compétitifs au niveau des 3 écosystèmes accompagnés».

En détail, ces écosystèmes concernent la chaussure, la maroquinerie et les vêtements en cuir, ainsi que la tannerie. L’objectif de l’accompagnement de ces filières étant, entre autres, d’intégrer l’informel dans le formel, créer 35.000 emplois stables et réaliser un chiffre d’affaires de 5,5 milliards DH à l’export d’ici 2020. En outre, l’accompagnement des écosystèmes vise l’appui à l’investissement matériel et immatériel à travers le Fonds de développement industriel et d’investissements.

Cet appui se présente sous forme d’aides directes pouvant atteindre jusqu’à 30% du montant global d’investissement matériel et immatériel. Aussi, cet appui permettra, entre autres, la mise en place d’une offre de formation et l’accès au foncier à des prix attractifs puisque 96,7 ha sont réservés au secteur. Pour rappel, des mises au point trimestrielles convoquées par le ministre de tutelle se tiendront avec la FEDIC afin de discuter de la concrétisation des contrats de performance.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *