Education financière : Les élèves casablancais s initient à la Bourse

Education financière : Les élèves casablancais s initient à la Bourse

L’accès à l’éducation financière est de nos jours un enjeu de taille. Le climat économique brouillé est l’une des motivations primaires à entamer le processus de démocratisation de ce type de connaissance. Le Maroc s’est inscrit dans cette démarche mobilisant ainsi l’ensemble de son capital à inculquer cette valeur à l’ensemble de la population marocaine. Une orientation stratégique qui s’inscrit parfaitement dans le cadre des actions de promotion du marché financier.
La place casablancaise et son arsenal ont pris, donc, pour engagement la vulgarisation des produits boursiers. Sous sa dimension citoyenne, la Bourse de Casablanca a mis en œuvre un ensemble de programmes diversifiés portant sur la connaissance significative de ses produits et contribuant, en l’occurrence, au développement de notre pays, et ce en drainant des investisseurs avertis à même d’effectuer des choix d’investissement en toute connaissance de cause et d’évaluer les risques qui leur sont inhérents. Le dernier en date est le programme «Bourse en action» dont la vocation est de révéler aux jeunes étudiants leur potentiel et stimuler leur esprit d’initiative à travers l’implication de l’entreprise auprès de l’enseignement public. Il s’agit d’une innovation 100% marocaine qui offrira un dispositif ludique pour tous les élèves qui bénéficieront de cette formation. Une action que mène conjointement la place casablancaise avec l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Casablanca. L’école donc troque sa mission traditionnelle pour explorer le monde de la finance. «C’est la première fois que l’école s’ouvre sur un monde qui lui a été jusque là distant. Ce programme répondra à un double souci notamment celui de préparer des jeunes capables à s’approprier l’univers financier», indique Khadija Benchouikh directrice de l’AREF de Casablanca.
Adapté par Injaz Al Maghrib, le programme porte sur trois volets, à savoir l’entrepreneuriat, la préparation au marché du travail et l’éducation financière. Dans le but de faire découvrir aux lycéens le monde de la Bourse et des produits financiers, «Bourse en action» vise, dans un langage simple, à familiariser les lycéens casablancais avec le marché des actifs, à gérer un portefeuille de titres, ainsi qu’ à analyser l’actualité économique et connaître son impact sur le marché financier. «Bourse en action a pour mission d’expliquer aux jeunes les finalités et le mode de fonctionnement de la Bourse et des marchés financiers. C’est en permettant à nos jeunes d’accéder à une meilleure éducation financière et entrepreneuriale que nous parviendrons à créer une économie globale plus solide», souligne dans ce sens Abbad Andaloussi, président-directeur général d’Injaz Al Maghrib. Sur une durée de 3 mois et demi, des conseillers bénévoles travaillant à la Bourse ou dans une société de Bourse se rendront dans 8 lycées de la capitale économique afin de transmettre leur savoir-faire. La formation débouchera sur une compétition visant à mettre en évaluation les connaissances acquises et désigner «le champion de la Bourse». Dans une expérience antérieure, la Bourse de Casablanca a ouvert ses portes au grand public, et ce à travers l’école de la Bourse. Une entité qui assure, depuis une dizaine d’années, une cinquantaine de formation, initiant ainsi les participants aux rouages du marché boursier à travers des thèmes tels que le fonctionnement de l’institution de la Bourse et des produits financiers. Le département de Karim Hajji a, par ailleurs, mis en ligne un programme d’éducation financière disponible dans une trentaine de langues.

Il a dit

«L’éducation financière surtout des générations futures est primordiale pour leur réussite. Former des jeunes sur les produits boursiers leur permettra plus tard de devenir des investisseurs avertis, responsables de leur choix et de leurs comportements financiers. Ceci est primordial non seulement pour le développement de nos jeunes mais surtout pour toute la société marocaine. Car les choix et comportements financiers avisés de tout un chacun seraient bénéfiques pour l’ensemble de la société».

                                                                                                  Karim Hajji DG de la Bourse de Casablanca

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *