Eduquer au respect de l’environnement

Un environnement sain passe d’abord par la prise de conscience de son rôle vital dans notre quotidien. Or, cette question est restée le cadet de nos soucis. Elle relevait, pour la majorité d’entre nous, du superflu. L’inconscience (humaine) a fait le reste. Résultat ? Notre pays se voit attribuer aujourd’hui «la palme du lamentable» en matière de respect de la nature. Au-delà des usines polluantes, des marées noires, ou de la fumée que dégagent des moyens de transport bons pour la ferraille, il y a cette poussée débridée et inquiétante des bétonneuses qui emportent tout sur leur passage. Les ceintures vertes n’ont pas droit de cité au cœur de nos villes, ce qui rend l’air encore plus irrespirable. Quant à l’inconscience des élus, il faut ajouter l’incivisme de certains, le gâchis devient encore plus lamentable. Et ce ne sont pas les exemples qui manquent. Un «mec» qui n’ouvre la vitre de sa voiture que pour se débarrasser de ses kleenex, que sais-je, de ses peaux de bananes ( !). Un autre qui se moque du bac à ordures parqué à côté de chez-lui et qui jette ses déchets ménagers en plein cœur du quartier ( !). On pourrait allonger la liste des bêtises, mais abrégeons. Qui est responsable de cet état de fait gravissime ? D’aucuns pointeront du doigt l’Etat. D’autres parleront de comportements inciviques marginaux. Tout le monde dresse l’échafaud à tout le monde. Or, la responsabilité incombe moins à la personne qu’aux travers, sinon les contradictions, d’un système éducatif efficace aux belles valeurs de la citoyenneté. Par-delà l’avancée dévastatrice du libéralisme sauvage, trop peu porté sur les choses de l’écologie, le Maroc se réveille aujourd’hui sur une grande faille dans le dispositif de fonctionnement de son système éducatif. L’éducation à l’environnement est quasi-inexistante, en dehors de quelques «recettes» (verbales et verbeuses). Il y a lieu de relever un paradoxe criant et très édifiant sur le fossé existant entre ce «brillant» système éducatif  et l’environnement ambiant. Que sert d’enseigner à un élève les règles du respect de l’environnement quand l’école où il prend ses cours se trouve au cœur même d’une décharge publique ?!!! Dieu que c’est insignifiant !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *