Effondrement d’une maison à Casablanca : Le ministère de l’habitat et de la politique de la ville s’explique

Effondrement d’une maison à Casablanca : Le ministère de l’habitat et de la politique  de la ville s’explique

La maison effondrée se constitue de trois étages. Cinq familles y logeaient. Trois ont été relogées au moment où les occupants ayant perdu un membre de leur famille lors de ce triste incident s’apprêtaient à quitter définitivement la demeure.

De nouvelles précisions sont apportées au drame survenu aux premières lueurs du dimanche 17 septembre 2017 à l’ancienne médina de Casablanca. La demeure qui s’est écroulée causant la mort à un de ses résidents et blessant trois autres occupants, est d’ores et déjà recensée «menaçant ruine» dans le cadre des actions publiques menées relatives à la résorption de l’habitat insalubre au niveau national. La décision de sa démolition a été émise depuis le 23 juillet 2012. C’est ce qu’indique le ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville dans une communication relative à cet incident qui ouvre encore une fois le débat sur la salubrité des habitations au Maroc et la nécessité de mettre en place des mesures urgentes pour mettre fin à cette problématique. Le constat établi par les représentants régionaux du ministère révèle que la maison effondrée se constitue de trois étages. Cinq familles y logeaient. Trois ont été relogées au moment où les occupants ayant perdu un membre de leur famille lors de ce triste incident s’apprêtaient à quitter définitivement la demeure. En revanche, la cinquième famille s’est abstenue de quitter l’immeuble en question.

Le département ministériel précise dans ce sens que la réhabilitation de ce genre de bâtisse devrait se faire en concertation avec l’ensemble des parties concernées, à leur tête les propriétaires et résidents. «Conscient du danger que représente l’habitat insalubre, notamment sur la vie des citoyens, le ministère continue d’accorder une grande importance à ce fléau que cela soit par la mobilisation de fonds pour financer les opérations de réhabilitation ou par l’instauration d’un cadre juridique propice, à titre d’exemple la loi 94.12 relative aux édifices menaçant ruine et à la gestion des opérations de rénovation urbaine», apprend-on du département ministériel.

Au niveau de Casablanca, le ministère rappelle être l’une des parties ayant conclu une convention dédiée à la rénovation des édifices menaçant ruine. Une action à laquelle une enveloppe de 1,75 milliard de dirhams a été consacrée. Le ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville y contribue à hauteur de 306 millions de dirhams. Cette convention porte sur la réhabilitation de 6.338 demeures dont 2.180 seront entièrement démolies. De même, les autorités procéderont à la démolition partielle de 956 maisons, tandis que 2.921 unités seront réaménagées et 9.250 familles relogées. Le bilan arrêté à ce jour porte sur le relogement définitif de 3.995 familles.  En outre, une offre de logement a été proposée à 2.106 familles. Au total, 6.100 familles, des 9.250 recensées, ont bénéficié de ces actions. Le ministère réitère par ailleurs son engagement à renforcer ses efforts pour lutter contre ce fléau au niveau national garantissant ainsi des logements sécurisés pour l’ensemble des citoyens.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *