Emploi : Coopération douanière hispano-marocaine

Les travaux du 4-ème cycle de coopération douanière hispano-marocaine, ont été ouverts, mardi à Nador, avec la participation d’une forte délégation espagnole, conduite par le directeur régional des douanes et des impôts sociaux de l’Andalousie, Alberto Gracia Valera. Cette rencontre de trois jours, qu’abrite la Direction régionale des douanes du Nord-Est à Nador, s’inscrit dans le cadre d’un programme régional de coopération de 4 cycles entre les fonctionnaires des deux parties, prévu et financé par la Commission européenne sous l’intitulé «INTERREG III». Ce programme a pour objectif de créer une dynamique au niveau opérationnel entre les services des douanes du sud de l’Espagne et du nord du Royaume, d’enrichir leurs expériences réciproques et de mettre au point une vision commune sur les grands thèmes intéressant les services douaniers respectifs des deux pays. Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, El Arbi Belbachir, directeur régional des douanes du Nord-Est a mis en exergue l’importance que revêt la coopération régionale qui, a-t-il dit, «puise son histoire dans la convention administrative mutuelle internationale, signée entre les deux pays en 1985 et qui demeure l’accord cadre de nos actions communes».  «Cette coopération, a-t-il précisé, est dictée, à la fois, par la nécessité de promouvoir et faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays et par la diversité des missions qui incombent à nos administrations respectives, eu égard aux défis, dus à une libéralisation de plus en plus accrue du commerce extérieur, à l’impératif d’une sécurisation de la chaîne logistique internationale mettant à contribution les ports d’Algésiras, de Tanger et de Nador et d’une bonne application des normes qui balisent nos échanges extérieurs». Les travaux de ce quatrième et dernier cycle du programme régional de coopération seront marqués par l’examen de plusieurs questions ayant trait à la lutte contre la contrebande et la fraude sous toutes ses formes, au trafic illicite des stupéfiants, à la fuite des capitaux et au blanchiment d’argent, à la promotion des investissements dans le nord du Royaume, à la lutte contre la contrefaçon et au recouvrement des créances douanières.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *