En dépit des performances financières en baisse à fin juin : Situation maîtrisée pour Sonasid

En dépit des performances financières en baisse à fin juin : Situation maîtrisée pour Sonasid

Deux facteurs ont conduit à un important mouvement de déstockage en juin 2016. Il s’agit de la faiblesse de la demande due à la restructuration du secteur de la construction ainsi que la forte baisse des prix.

Des solutions durables sont à prévoir pour que le secteur de la sidérurgie reprenne. Bien que la demande en acier commence à se faire sentir sur le marché international, les conditions restent tendues pour le secteur. Cette conjoncture plombe également l’activité au Maroc. Ceci se confirme par une surcapacité structurelle sur le marché local exerçant ainsi une pression importante sur les prix. Ce constat a été  fait  par Amin Abrak, directeur général de Sonasid, en marge de l’annonce des résultats bilanciels de l’entreprise. Selon M. Abrak, deux principaux facteurs ont conduit à un important mouvement de déstockage en juin 2016. Il s’agit de la faiblesse de la demande due à la restructuration du secteur de la construction ainsi que la forte baisse des prix. Ces conditions ont impacté les performances financières de Sonasid qui a bouclé le semestre par un résultat net de moins de 60 MDH. Le chiffre d’affaires a pour sa part basculé de 2,17 milliards de dirhams à 1,61 milliard de dirhams. 

En dépit de cette contre-performance, le directeur général de Sonasid confirme que l’entreprise a pu conserver son positionnement sur le marché national des produits longs. «Notre leadership a été conservé grâce  à la réduction significative de nos coûts de production ainsi qu’a notre programme de développement dans la distribution», explique à cet effet Amin Abrak. Et de préciser que «Sonasid présente aujourd’hui une situation bilancielle favorable ainsi qu’une capacité d’investissement non négligeable». L’entreprise engage une politique d’investissement portant sur 60 MDH. Pour le premier semestre de l’année, Sonasid a investi 6 MDH couvrant les frais de maintenance de certaines unités de production. En vue de consolider sa rentabilité, Sonasid travaille actuellement sur d’éventuelles niches. Interrogé sur la nature de ces niches, Amin Abrak a indiqué que les prospections sont à un stade embryonnaire. Sonasid envisage de développer des produits à forte valeur ajoutée comme elle souhaite renforcer son positionnement à l’export.

Les décisions devraient être prises avant fin 2018, date qui marquera la fin de la clause de sauvegarde et par conséquent le retour à la libéralisation complète du marché.  En termes de perspectives,  les sidérurgistes observent une reprise de la demande en acier, notamment en Europe et en Amérique du Nord. Au Maroc, la restructuration du marché de la construction se poursuivra. Dans ce contexte, Sonasid confirme la tendance baissière sur l’ensemble de l’année 2016. Toutefois, l’entreprise continuera de renforcer ses avantages compétitifs en misant sur l’excellence industrielle et en accélérant la progression sur le coût de ferraille, la distribution directe et le coût énergétique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *