Encore plus de culture financière dans les programmes scolaires

Encore plus de culture financière dans les programmes scolaires

6ème édition des journées de la finance pour les enfants et les jeunes

62% des élèves du primaire ont pu correctement définir l’épargne, soit une amélioration de 3% par rapport à l’édition 2015. De même, 66% des élèves du primaire ont répondu correctement à la question relative à la notion de crédit.

Plus de 2 millions d’élèves pourront bénéficier de programmes dédiés à la culture financière. Telle est l’annonce faite mardi à Rabat en prélude de la 6ème édition des Journées de la finance pour les enfants et les jeunes (JFEJ). Cette année est programmée à l’international du 27 mars au 2 avril et au Maroc du 19 au 25 avril. En effet, Nezha Saadani, directrice exécutive de la fondation pour l’éducation financière, a fait savoir que plus de 420.000 jeunes ont pu bénéficier des programmes d’éducation financière, et ce depuis l’institutionnalisation de ces journées en 2013 en partenariat avec Child and Youth Finance International (CYFI) et les partenaires nationaux de la fondation.

Des journées qui ont touché aussi bien des élèves du primaire, des collégiens que des lycéens. Ainsi, à l’image de l’année dernière l’objectif de ce programme est de toucher 150.000 jeunes, précise Nezha Saadani. Pendant une semaine les partenaires de la fondation vont ouvrir leurs portes pour accueillir les jeunes et se déplaceront également dans les établissements scolaires pour animer des séances de formation.

Les jeunes plus avertis

Au cours de cette rencontre, la fondation a dévoilé les résultats de l’enquête menée en 2015 et en 2016 auprès d’un échantillon de 10.000 jeunes. En effet, l’enquête mesure le niveau de connaissance des jeunes sur la culture financière. Il s’est avéré que 62% des élèves du primaire ont pu correctement définir l’épargne, soit une amélioration de 3% par rapport à l’édition 2015. De même, 66% des élèves du primaire ont répondu correctement à la question relative à la notion de crédit. Par ailleurs, le taux de bonnes réponses au test sur les pièces et billets de monnaie en circulation s’est établi à 46% durant les deux éditions (2015 et 2016). Concernant l’âge requis pour l’ouverture d’un compte bancaire, 66% des élèves ont correctement répondu à cette question. Ce taux a connu une légère baisse par rapport à 2015, révèle l’enquête. Au niveau du collège, 88% des participants ont correctement défini la notion de revenu, aussi bien en 2016 qu’en 2015. S’agissant de la notion de budget, l’enquête a dévoilé un taux d’assimilation de 58% auprès des collégiens. Plus encore, 93% des élèves du collège ont correctement défini la notion de l’action contre 90% en 2015. Quant aux lycéens, l’enquête a révélé que les réponses correctes aux questions relatives au rôle de l’assurance et ses produits de base ont nettement évolué, passant entre 2015 et 2016 de 57 à 71%. Toutefois, des lacunes persistent, notamment sur les missions des régulateurs du secteur financier. Ainsi, 54% seulement ont pu répondre correctement aux questions y afférentes. Par ailleurs, la fondation marocaine pour l’éducation financière a annoncé que l’édition de cette année coïncide aussi avec le lancement du premier portail au Maroc exclusivement dédié à l’éducation financière. «Un portail qui n’est pas uniquement réservé aux jeunes et leur écosystème, il est également destiné aux enseignants, aux parents et aux entreprises», souligne Nezha Saadani.

Questions à Youssef Belqasmi, secrétaire général au ministère de l’éducation nationale

ALM : Quelles sont vos attentes par rapport à cette édition ?

Youssef Belqasmi : Cette 6ème édition de la semaine financière rentre dans le cadre de la convention signée avec la fondation marocaine pour l’éducation financière dont l’objectif est de mettre en évidence la culture financière auprès des jeunes. En parallèle, le ministère est en étroite collaboration avec la fondation pour l’intégration de la culture financière dans les programmes scolaires. Cette année nous nous sommes penchés sur les programmes de la 5ème année du primaire pour intégrer davantage la culture financière auprès des élèves. La finalité est également d’augmenter le nombre de bénéficiaires dans le cadre de la vision stratégique du ministère de l’éducation nationale. De même, nous souhaitons développer l’entrepreneuriat et la culture financière auprès de nos jeunes.

Vous avez évoqué la notion de culture financière, justement pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avons intégré la culture financière dans le curricula à titre pilote moyennant un support pédagogique pour assurer cet enseignement au niveau de la 5ème année du primaire. Pour que les élèves puissent assimiler les composantes de l’éducation financière, à savoir l’emprunt, la banque, les prêts mais également la Bourse. Le but étant de les familiariser avec l’ensemble de ces concepts.

Quels sont vos objectifs chiffrés de cette opération ?

Nous avons démarré en 2012 avec 30.000 bénéficiaires. L’année dernière le nombre de jeunes bénéficiaires de ce programme était de 150.000 et nous comptons dans le cadre de ces actions développer davantage ce partenariat avec la fondation et faire bénéficier le maximum d’élèves. D’ailleurs, nous sommes en train de finaliser un ensemble d’opérations qui visent 2 millions d’élèves. Pas uniquement durant la semaine financière mais durant toute l’année. Dans le schéma que nous avons élaboré jusqu’à aujourd’hui il s’agit d’un programme qui concerne 25% des élèves du primaire, 25 à 35% des collégiens et 40 à 50% des lycéens.

• Propos recueillis par L.O

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *