Energie : Koweït : des raffineries en panne

Les trois raffineries de pétrole du Koweït ont repris «progressivement» leurs opérations qui avaient été interrompues plusieurs heures en raison d’une panne d’électricité, a annoncé dimanche un porte-parole de la compagnie nationale koweïtienne de pétrole (KPNC). «L’électricité a été rétablie. Nous avons pris des mesures pour reprendre progressivement nos opérations», a déclaré à l’AFP ce porte-parole, Ahmad Al-Mouzail. «Nous espérons que cela ne prendra pas plus d’une journée», a-t-il ajouté, précisant que les opérations «reprennent unité par unité».
Les raffineries avaient cessé leurs opérations dimanche matin à la suite d’une panne d’électricité provoquée par un court-circuit, avait annoncé M. Al-Mouzail, qui avait exclu tout acte de sabotage. Il avait assuré que l’incident n’affecterait pas les exportations de ce petit émirat du Golfe, l’un des principaux producteurs de brut du monde. Les trois raffineries (Chouaïba, située à 80 km au sud de Koweït, ainsi qu’Al-Ahmadi et de Mina Abdallah) ont une capacité totale de 920.000 barils par jour (bj), dont 80% vont à l’exportation. Le Koweït, dont la production actuelle est d’environ 2,4 millions de bj, pour une capacité de production de 2,7 millions de bj, est le sixième producteur de l’Opep.
 Ses réserves prouvées de brut sont officiellement estimées à environ 100 milliards de barils, soit près de 10% des réserves mondiales, même si des doutes ont été émis l’an dernier sur ce chiffre. Les recettes pétrolières représentent 90% des revenus de l’émirat. Ces trois raffineries ont été victimes de multiples incidents ces dernières années, le plus récent datant d’il y a un mois. Une explosion s’était ainsi produite le 18 janvier dans la raffinerie de Chouaïba, la plus petite des trois, dont la capacité de raffinage est de 200.000 bj.
Le président de la KNPC, Sami al-Rachid, avait alors précisé que l’explosion, qui avait causé un incendie, avait été provoquée par une fuite de gaz. Il n’y avait pas eu de victime et les exportations n’avaient pas été affectées. En novembre, la même raffinerie avait été fermée pendant près de trois semaines en raison d’un incendie provoqué par une explosion qui n’avait pas non plus fait de victime.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *