Energie : Les stations-service pour une marge de 5%

Energie : Les stations-service pour une marge de 5%

Que le litre  du gasoil soit vendu à 7,49 dirhams ou à 7,24 ne devrait en rien affecter les comptes des stations-service. Celles-ci fonctionnent  depuis le 2 septembre au  régime de la marge fixe de 3%.
Cette nouvelle structure des prix  a été adoptée au terme des pourparlers avec le ministère des Finances qui, au terme des négociations, est parvenu à faire accepter aux pompistes le rôle de collecteur  de la TVA de 7%.
En principe la nouvelle structure  permet, en cas de hausse ou de baisse du carburant dans le cadre de la compensation, de ne pas grever la marge du détaillant.  Apparemment, le dispositif n’a pas bien fonctionné.
Du côté des gérants de stations d’essence, l’on explique que la dernière baisse  coûte cher à la profession : «nous avions des stocks. On devrait être prévenu. Ces décisions  de diminuer les prix nous fait perdre de l’argent», avance-t-on du côté de la l’association regroupant les stations-service.
Celle-ci juge dérisoire la marge fixe de 3% et réclame au moins 5%. A préciser que cette demande est régulièrement réitérée depuis 1994.  «En 1973, nous avions une marge de 11% alors que le super était vendu à 50 centimes. Aujourd’hui, le carburant dépasse 11 dirhams et l’on a à peine 3%», regrette-t-on à l’association. A entendre, les professionnels, la marge de 30 centimes sur le litre de carburant ne couvre pas les charges.
Les lettres  de revendication adressées en ce sens au gouvernement sont restées pour le moment sans suite, expliquent les pompistes.
Dans la nouvelle structure du prix, un litre de super est acquis à 3,87 dirhams. Viennent ensuite s’ay ajouter une série de taxes. Cas du TIC (Taxe intérieure de consommation), laquelle est de 3,76 dirhams pour un litre de super.
La TVA de 7% est appliquée sur le prix de reprise majoré de la TIC. Soit, sur un litre d’essence quelque 53 dirhams. Il y a aussi les crédits de droit, de 1,76 dirham. Si bien qu’avant même d’arriver à la station, le litre de super coûte 8,18 dirhams contre 7,04 pour le gasoil et 7,18 pour le gasoil 350. Viennent ensuite toute une série de taxe.
Dans le cas du super, il y a les frais de marge de distribution, les provisions pour différentiel, le coulage détaillant et les corrections pour variation technique à prendre en compte (voire tableau). Des calculs complexes qui aboutissent sur une marge fixe censée protéger les commerçants. Apparemment ce n’est pas le cas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *