Énergie : Pétrole : Les prix en baisse

Les cours du pétrole repartaient lundi à la baisse, après la forte augmentation de vendredi liée à des inquiétudes sur les réserves d’essence aux Etats-Unis.
Le baril de brut léger américain, qui avait gagné vendredi 1,26 dollar, retombe de 14 cents ou 0,2% vers 5h20 GMT, à 70,95 dollars. Le baril de Brent britannique abandonne six cents ou 0,08% à 70,56 dollars. «Les prix sont en légère baisse ce matin, mais il s’agit simplement d’une correction après le ‘rally’ de vendredi», commente David Moore, chez Commonwealth Bank of Australia. Au cours de la semaine close le 21 août, les investisseurs sur le Nymex ont réduit de moitié leurs positions longues sur le pétrole brut, preuve d’intenses mouvements d’ajustements en cours sur les marchés. Mais Moore insiste sur le fait que les fondamentaux du marché continuent d’exercer une pression haussière sur les prix. D’après lui, les cours repartiront à la hausse une fois que les investisseurs en auront terminé avec leurs ajustements.
Le ministre du Pétrole iranien, Gholamhossein Nozari, a estimé samedi que l’actuel volume de production des Etats membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) était suffisant. «Il semble que l’actuel niveau de production de l’Opep soit suffisant, et que l’actuel plafond sera maintenu lors de la réunion du 11 septembre», a déclaré le responsable iranien, cité par l’agence Isna. De nouvelles interruptions de la production dans certaines raffineries aux Etats-Unis, à l’origine de la hausse des cours observée vendredi, vont avoir pour effet de réduire encore plus les réserves en essence, notent les observateurs. Les stocks d’essence publiés mercredi dernier avaient déjà affiché un repli de 5,7 millions de barils. En Asie, les cours du brut étaient en baisse, lundi, dans les échanges électroniques cotés, mais toujours au dessus des 70 dollars, dans un marché au ralenti, selon des courtiers.
A 02H59 GMT, le baril de "light sweet crude" pour livraison en octobre perdait 29 cents à 70,80 dollars le baril contre 71,09 dollars vendredi soir à New York.
Le Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre cédait 32 cents à 70,30 dollars. Les marchés londoniens sont fermés pour cause de jour férié.  Le marché du pétrole a été frappé de plein fouet par la crise des prêts immobiliers à risque ("subprime"). Les investisseurs avaient fui les marchés des matières premières au plus fort de la tourmente afin de réduire leur exposition au risque. Depuis son record historique du 1er août (78,77 dollars), le brut a ainsi perdu jusqu’à 13% à New York.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *