Énergie solaire : perspectives de coopération entre le Maroc et le Japon

Énergie solaire : perspectives de coopération entre le Maroc et le Japon

Les perspectives de coopération maroco-nippone dans le domaine des énergies renouvelables, particulièrement l’énergie solaire, ont été, lundi à Rabat, au centre d’un workshop. Réunissant les principaux acteurs marocains et japonais dans le domaine des énergies renouvelables, cette rencontre a pour objectif d’examiner les perspectives de coopération entre le Japon et le Maroc dans les domaines de l’énergie solaire et les nouvelles technologies en la matière. Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, le président du directoire de l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Moroccan Agency for solar energy -MASEN), Mustapha Bakkoury, a affirmé que le Maroc et le Japon sont confrontés aux mêmes défis environnementaux et partagent la même vision quant aux enjeux climatiques et environnementaux et la même conviction de la prise en compte de ces enjeux dans toute stratégie de développement. Conscient des effets néfastes des changements climatiques sur son patrimoine naturel et par conséquent sur son plan de développement, le Maroc a lancé à cet égard une Charte de l’environnement plaçant le développement durable au rang de valeur fondamentale pour la société marocaine, notamment à travers la promotion des énergies renouvelables, a-t-il souligné. Aux côtés de l’énergie hydraulique et éolienne, le Maroc a lancé un programme de grande envergure de 2000 MW de production électrique à partir de l’énergie solaire d’ici 2020, a rappelé M. Bakkoury, ajoutant que ces énergies renouvelables constituent «une priorité majeure de la stratégie énergétique du Maroc» lui permettant de répondre aux défis de la sécurité de son approvisionnement et limiter sa dépendance à des produits, souvent chers et moyennement propres. Pour sa part, l’ambassadeur du Japon au Maroc, Toshinori Yanaga, a noté que le Maroc, l’un des pays les plus prometteurs du continent africain, est considéré comme un pays carrefour entre l’Europe et l’Afrique.
Et d’ajouter que le processus de modernisation des infrastructures au Maroc dans les domaines du tourisme, de l’agriculture, de l’industrie et de l’environnement, ainsi que son potentiel exceptionnel en matière d’énergie solaire, justifient l’intérêt porté par le Japon à ce secteur, notamment à travers des projets d’envergure. Il a, à cet effet, formé le souhait de voir le Japon et le Maroc coopérer dans la lutte contre le changement climatique et en priorité dans le domaine des énergies renouvelables, en général et la production de l’énergie solaire, en particulier.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *