juin 23, 2017

Energies et hydrocarbures : Le Maroc et la Chine veulent concrétiser leur coopération

Energies et hydrocarbures : Le Maroc et la Chine veulent concrétiser leur coopération

La coopération sino-marocaine en termes d’énergies et d’hydrocarbures est déjà consolidée de par la dynamique insufflée par la visite royale en Chine en mai 2016 marquée par la signature de l’accord de coopération en la matière.

Il convient de la concrétiser davantage. La volonté a été fortement exprimée par les deux pays, lundi à Rabat, lors de la 1ère réunion du comité de pilotage de cet accord.

La Chine veut accélérer la concrétisation

Pour sa part, la Chine, représentée par une délégation présidée par Nur Bekri, directeur général de l’Administration nationale de l’énergie de la République Populaire, trouve le Royaume en tant que terre riche en ressources énergétiques. «Nous apprécions les efforts du Maroc en énergies renouvelables», estime M. Bekri. Pour l’heure, la Chine est, selon ses dires, en train de concrétiser sa coopération en termes de production d’énergies.

Le Maroc fait indéniablement partie de cette coopération. «La Chine a une force en technologies de réseaux électriques photovoltaïques», poursuit le DG. Par l’occasion, il ne manque pas de rappeler la participation de l’entreprise Powerchina au projet énergétique de Jerada. «Aux côtés des représentants du gouvernement de Chine, les entreprises chinoises ont beaucoup d’attentes de la partie marocaine qui compte sur notre sincérité», avance M. Bekri. Aussi, le DG caresse l’espoir de «concrétiser les partenariats avec le Maroc dans très peu de temps».

La République Populaire lorgne l’Afrique

Le souhait est également exprimé par les membres de la délégation chinoise présents à l’événement. Tel est le cas du représentant de Powerchina qui souhaite, outre cette volonté de concrétisation, investir en Afrique. Le Maroc étant une forte puissance dans le continent. «Nous souhaitons contribuer à la réalisation de partenariats communs», enchaîne le représentant de Powerchina à l’adresse de la partie marocaine.

Ce que vante le Royaume

Le Maroc entreprend déjà une transition énergétique. Celle-ci est, selon Aziz Rabbah, ministre de l’énergie, des mines et du développement durable, traduite en programmes d’investissements pour les entreprises privées nationales et internationales. «A l’horizon 2030, nos programmes porteront sur une capacité additionnelle de production d’électricité de sources renouvelables d’environ 10.100 MW dont 4.560 MW de source solaire, 4.200 MW de source éolienne et 1.330 MW de source hydrique», précise le ministre. M. Rabbah rappelle également que la période 2017-2021 connaîtra, entre autres, le lancement de la stratégie nationale de l’efficacité énergétique. «Nous estimons aujourd’hui que toutes les conditions sont réunies pour saisir ces opportunités. Je suis convaincu que nos experts aboutiront à des projets et actions de coopération bénéfiques», enchaîne-t-il en guise de réponse à la volonté exprimée par la délégation chinoise.

A leur tour, les représentants des établissements marocains abondent dans le même sens de l’accélération de la coopération sino-marocaine. Pour sa part, Amina Benkhadra, DG de l’Office national des hydrocarbures et des mines, souhaite «voir de grandes entreprises chinoises s’intéresser aux bassins sous-explorés». Outre l’ONHYM, le Maroc compte à son actif d’autres établissements et opérateurs en énergie. Tel est le cas du cluster solaire oeuvrant dans les énergies renouvelables.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *