Energies renouvelables : Compromis décevant

Au Sommet de la Terre, le texte sur l’énergie a été adopté mais dans la douleur. Celui-ci prévoit «d’accroître substantiellement et de façon urgente la part des sources d’énergie renouvelables dans la consommation mondiale». Ce projet déçoit plus d’un dans la mesure où il ne fixe ni le pourcentage à atteindre ni l’échéance pour y parvenir. Les auteurs du texte n’ont pas pris en considération la proposition européenne, qui vise à atteindre 15% d’ici 2010 d’énergies renouvelables (solaire, éolien, hydroélectricité) dans la consommation énergétique mondiale. Les Etats-Unis et l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) se sont mobilisés contre cette proposition en la jugeant d’irréaliste. «C’est profondément décevant», a indiqué Rémi Parmentier, directeur politique de Greenpeace. «On a convoqué un sommet gigantesque pour accoucher d’une souris. C’est un véritable gâchis».
La Commissaire européenne à l’Environnement, Margot Wallstroem, s’est déclarée déçue par de nombreux aspects du compromis. «Nous savions que ce serait difficile avec une sorte d’alliance entre des groupes qui n’acceptaient ni les objectifs ni le calendrier que nous proposions», a-t-elle ajouté. «Si le G-77 (pays en développement) nous avait appuyés, bien sûr cela aurait été différent». La Commissaire européenne à l’Environnement s’est toutefois félicitée que le nucléaire ne figure pas dans la liste des énergies propres et efficaces qui permettront au tiers monde d’améliorer son accès à l’énergie.
Cette exclusion du nucléaire a fait l’objet de discussions difficiles au sein de l’Union européenne, notamment avec la délégation française, a souligné un délégué espagnol. La France est le pays du monde qui recourt le plus au nucléaire pour sa fourniture d’électricité. «Nous voulons être tout à fait clairs là dessus. Nous sommes tous d’accord : l’énergie nucléaire n’a pas sa place ici», a pour sa part souligné Mme Wallstroem. Le chapitre de l’énergie était le dernier « gros morceau » des discussions pour un Plan d’action en faveur de la réduction de la pauvreté et d’une croissance respectueuse des ressources planétaires.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *