Enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib : Le climat devient plus propice aux affaires

Enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib : Le climat devient plus propice  aux affaires

Le climat des affaires n’avait rien d’exceptionnel en ce premier trimestre 2013. C’est ce que confirment les résultats trimestriels de l’enquête mensuelle de conjoncture publiée par Bank Al-Maghrib. En effet, dans cette enquête, 71% des industriels qualifient de «normal» le climat général des affaires durant le premier trimestre de l’année. Aussi, dans les industries chimiques et parachimiques, cette proportion est de 77% contre 54% dans les industries métalliques et métallurgiques. Les perspectives ne sont pas plus roses, puisque, pour le trimestre prochain, 79% des industriels s’attendent à un climat d’affaires «normal». En effet, pour ce qui est de l’approvisionnement, 67% des entreprises signalent que les conditions d’approvisionnement auraient été normales durant le premier trimestre de l’année et 31% et les jugent plutôt faciles. Au niveau des industries chimiques et parachimiques, 40% des industriels estiment que ces conditions étaient faciles et 59% normales. Au niveau des matières premières, les stocks détenus par les entreprises seraient restés à leur niveau normal selon 81% des industriels. Cette proportion est supérieure à 79% dans toutes les branches d’activité, à l’exception de celle des industries mécaniques et métallurgiques où 51% des enquêtés qualifient le niveau des stocks de normal. À ce titre, selon les chefs d’entreprises, la faiblesse de la demande et l’accentuation de la concurrence seraient les principales entraves au développement de la production. Ces deux facteurs ont été respectivement cités par 38 et 25% des répondants. Par ailleurs, les dépenses d’investissement au cours du premier trimestre auraient stagné de 46% selon des industriels et baissé pour 37% d’entre eux.
Dans les industries «agroalimentaires» et «textile et cuir», les entreprises ayant déclaré une stagnation de l’investissement sont plus nombreuses avec des parts respectives de 63 et 64%. En revanche, dans les industries chimiques et parachimiques, presque un industriel sur deux déclare une baisse des investissements. Pour les trois prochains mois, 37% des industriels estiment une amélioration des investissements et 49% une stagnation. Au niveau des industries chimiques et parachimiques, 46% des répondants anticipent une augmentation des dépenses au titre de l’investissement sachant qu’ils étaient seulement de 14% durant le dernier trimestre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *