Enquête de conjoncture : l’industrie se porte bien au 3ème trimestre

Pour le troisième trimestre consécutif, le climat général des affaires est considéré comme étant globalement bon. C’est ce que révèle l’enquête mensuelle de conjoncture de Bank Al-Maghrib au titre du 3ème trimestre 2010. Ainsi, 30% des industriels l’ont estimé bon, 60% l’ont jugé moyen et 10% l’ont considéré médiocre, soit un solde d’opinion de 20%. Ce jugement est partagé par les opérateurs dans l’ensemble des branches. En matière de conditions de production, 88% des entreprises ont estimé que l’approvisionnement a été normal durant le troisième trimestre 2010, seulement 2% l’ont considéré facile et 8% ont éprouvé des difficultés d’approvisionnement, soit un solde d’opinion négatif de 8%. Aussi, le niveau des stocks détenus par les entreprises est jugé supérieur à la normale dans l’ensemble des branches, à l’exception des industries agroalimentaires. Par ailleurs, l’enquête a révélé que l’effectif employé a généralement connu une hausse d’un trimestre à l’autre avec, toutefois, une baisse des effectifs dans les industries mécaniques et métallurgiques. À court terme, l’effectif global employé dans le secteur industriel devrait progresser dans toutes les branches, à l’exception des industries chimiques et parachimiques, où il devrait connaître une quasi stabilité. Pour ce qui est des coûts de production, le coût unitaire de production a augmenté au cours du troisième trimestre 2010, avec un solde d’opinion de 28%. Cette progression a concerné l’ensemble des branches, particulièrement les industries du textile et du cuir et les industries électriques et électroniques.
Par composante, la hausse des coûts unitaires de production a été tirée par le renchérissement des matières premières énergétiques avec un solde d’opinion de 45% et, dans une moindre mesure, par l’augmentation des coûts financiers avec un solde de 27%. Au niveau sectoriel, les résultats de l’enquête révèlent que le coût des matières premières énergétiques et les coûts financiers ont été identifiés comme étant les premiers facteurs de hausse des coûts respectivement dans les industries chimiques et parachimiques et les industries mécaniques et métallurgiques, tandis que le coût des matières premières non énergétiques a constitué la principale source d’augmentation du coût unitaire de production dans d’autres branches d’activité. Aussi, les chefs d’entreprise ont identifié la faiblesse de la demande et l’accentuation de la concurrence comme étant les principales entraves au développement de la production. Par contre, l’enquête fait ressortir que la situation de trésorerie au cours du troisième trimestre 2010 était normale pour 59% des entreprises, inférieure à la normale pour 41% et supérieure à la normale pour aucune entreprise, soit un solde d’opinion de -41% contre -26% le trimestre précédent. Cette situation a concerné toutes les branches, particulièrement les industries du textile et du cuir et les industries chimiques et parachimiques. Cependant, la situation de la trésorerie des entreprises a été affectée essentiellement par les difficultés de recouvrement et par les charges non financières. Sur le plan sectoriel, les difficultés de recouvrement et les impôts ont respectivement pesé sur la trésorerie des industries chimiques et  parachimiques et les industries électriques et électroniques, tandis que les charges non financières ont constitué le principal facteur qui a affecté la trésorerie dans les autres branches. En matière de perspectives pour le prochain trimestre, les industriels anticipent un climat favorable des affaires, principalement dans les industries chimiques et parachimiques et les industries du textile et du cuir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *