Enquête sur les «Bidonvilles à Casablanca» : Les précisions du ministère de l’habitat

Enquête sur les «Bidonvilles à Casablanca» : Les précisions du ministère de l’habitat

A Casablanca, l’éradication des bidonvilles a toujours bénéficié de l’intérêt des autorités publiques aux niveaux central et local.
Casablanca comprend plusieurs grands et anciens bidonvilles du Maroc, qui datent de l’époque du début du 20ème siècle, entre autres : Ben M’sick, les Carrières Centrales, Douar Bachkou, les quartiers bidonvillois de Sidi Moumen,… et qui représentent plus du tiers des bidonvilles au niveau national.
En 2004, le ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace et ses partenaires ont pu développer des programmes sur la base du recensement effectué au niveau local dont il est ressorti qu’il existait 500 poches bidonvilloises qui regroupaient 98.000 ménages ; chiffre actualisé en début de l’année 2011 à 110.000 ménages.
Dans ce cadre, un premier programme d’éradication de ces bidonvilles a été mis en place dont les premiers projets ont été lancés à partir de juillet 2004 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l’assiste. Le bilan d’étape fait ressortir que le total des opérations engagées à ce jour concerne 60.082  ménages représentant 54% du programme global en précisant que 32.445 baraques ont été démolies.
Actuellement l’état d’avancement des opérations d’éradication des principaux bidonvilles est comme suit :
− Les Carrières Centrales 80%
− Thomas 72%
− Bachkou 80%,
− Ben M’sick 98%

A partir d’avril 2011, un programme régional pour éradiquer le reste des bidonvilles de la métropole a été mis en place par les  ministères concernés et les acteurs locaux portant sur 46.000 ménages, d’un investissement global de près de 4,85 milliards de dirhams, et qui a été présenté à Sa Majesté le Roi que Dieu l’assiste le 7 avril 2011.
Le programme arrêté permettra la réalisation de 13 opérations de recasement (Al Fadl, Azzaitoun, Al Fath 1, Al Fath 2, Assafa, Al Marwa, Annasr, Al Izdihar, Al Kasba, Annajah, Al Hamd, Alaymoun, Arriyad) sur des terrains d’une superficie totale de 630 ha ainsi que d’une opération de relogement au profit de 2.164 ménages, s’étalant sur des terrains d’une superficie totale de 15 ha.
Ce dernier programme permettra également la création de 55.000 unités de logement pouvant absorber une partie du déficit en matière de logement social au niveau de la région du Grand Casablanca. Ledit programme prévoit également la création de 150 équipements publics, en particulier les équipements socio-collectifs, sportifs et sanitaires, ainsi que les équipements de proximité. La contribution du ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace s’élève à 1,4 MMDH.La majorité de ces opérations est à des stades de réalisation très avancée et leur achèvement est prévu pour la fin 2013.
Quatre opérateurs publics sont mobilisés pour mettre en œuvre ce programme : il s’agit de la société Al Omrane Casablanca, de l’Agence urbaine de Casablanca, de la société Dyar Al Mansour et de la Société Idmaj Sakane. Cette dernière est une structure spécifique dédiée au recasement des bidonvilles de Casablanca est créée par le ministère de l’habitat et  les acteurs régionaux et locaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *