Entrepreneuriat au féminin soutenu par les Pays-Bas

Entrepreneuriat au féminin soutenu par les Pays-Bas

C’est fait. La signature de la convention de partenariat entre l’AFEM et l’ambassade des Pays-Bas a permis de confirmer l’engagement du Royaume néerlandais à renforcer ses relations avec le Royaume chérifien.

«14ème fournisseur du Maroc et 7ème client du Maroc, les Pays-Bas continuent à développer les transactions avec le Maroc. D’ailleurs, les relations entre le Maroc et les Pays Bas ne datent pas d’hier mais de 400 ans. Des actions de taille ont été mises en œuvre, notamment dans les domaines de l’agrobusiness, l’eau et le traitement des déchets. Aujourd’hui, le renouvellement du partenariat entre l’AFEM et les Pays-Bas qui porte sur une enveloppe de 3,4 millions de dirhams confirme encore une fois l’engagement néerlandais.

Il permettra, entre autre, le lancement de l’incubateur de Tanger qui porte sur la création d’une start-up positionnée dans les accessoires automobile et aéronautique», explique Leila Myara, la présidente actuelle de l’Association. Le partenariat entre l’ONG et l’ambassade des Pays-Bas entre dans le cadre du programme Matra Sud. De son côté, Ronald Gerard (Ron) Strikkeret, ambassadeur des Pays-Bas au Maroc, en poste depuis près d’un an, a souligné sa satisfaction quant au dynamisme de la société civile nationale. 

Par ailleurs, la politique étrangère néerlandaise retient principalement les droits de l’Homme comme axe prioritaire. Et accompagner la femme marocaine dans son accomplissement professionnel et sa légitimité intellectuelle au sein de la société marocaine entre dans cette politique. Plus encore, la politique du genre a été mise au centre des priorités dans le cadre du développement humain.  L’entrepreneuriat au féminin en fait partie.

Concrètement, la convention de partenariat qui lie l’AFEM et le Royaume des Pays-Bas permettra l’accompagnement des femmes désireuses de lancer leur propre affaire. Des commissions de sélection se tiennent ainsi régulièrement pour évaluer les différents projets quant à leur faisabilité et leur pérennité. Dans le cas précis de la délégation régionale d’El Jadida, le projet de l’incubateur a été initié bien avant Tanger. Les témoignages des présidentes respectives laissent présager des accomplissements certains. «Plus d’une dizaine d’entreprises ont vu le jour depuis l’an dernier car à la démarche de l’incubation», rappelle Khadija Mourabit, présidente de l’AFEM El Jadida.

Bref, les actions communes entre les délégations régionales devront créer des synergies entre les femmes porteuses de projets. L’émulation étant au centre de l’exercice.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *