Entrepreneuriat : Start-up : Le modèle est-il viable ?

Entrepreneuriat : Start-up : Le modèle est-il viable ?

C’est le thème qui a été débattu à Toulouse Business School le 11 avril. La thématique telle que formulée «Le business model des start-up au Maroc : mythe ou réalité ?» a connu la participation de Moulay Rachid Charkaoui, vice-président de la 13ème Région MeM (Marocains Entrepreneurs du Monde), membre de la commission start-up et entrepreneuriat de la CGEM, Jamal Belahrach, Pdg de People & Company (cabinet de conseil), Hicham Amadi, président du conseil d’administration de Heetch Maroc, et Taoufik Lahrach, secrétaire général de la Caisse centrale de garantie (CCG). De son côté, Mohamed Derrabi, directeur de TBS Casablanca, a rappelé le contexte pédagogique. Triplement accréditée à l’international, Toulouse Business School s’est vue doter, en effet, depuis 2018 d’un Business Starter qui s’appuie sur l’expérience réussie de TBSeeds, l’incubateur de l’école.

Un tel dispositif propose un ensemble de services d’accompagnement individuels et collectifs et une palette d’outils variés pour le lancement et le développement des jeunes porteurs de projets. Le Business Starter sera déployé, dès le prochain semestre, sur le campus de Casablanca. La première promotion internationale comprendra des étudiants issus de Toulouse, Paris, Barcelone et Casablanca. Et pour insuffler la fibre entrepreneuriale parmi ses étudiants, TBS Casablanca a scellé un partenariat avec La Factory, plate-forme de développement des start-up. «Nous nous positionnons clairement dans l’innovation, le big data, l’intelligence artificielle. Du bachelor au master, nous préparons nos étudiants aux métiers de demain», confirme M. Derrabi.

Jamal Belahrach préconise, de son côté, «un nouveau logiciel dans un monde en pleine mutation où l’incertitude et la complexité sont légion». Cerise sur le gâteau, la jeunesse marocaine est demeurée fixée sur l’emploi public puis privé. «Elle ne croit pas en ses talents et en ses capacités de se lancer dans l’entrepreneuriat». Et c’est dans cette optique que le manager invite les jeunes à sortir des croyances limitantes. L’enquête menée par les étudiants sur le terrain démontre que les entreprises cherchent aujourd’hui des intra-entrepreneurs, dotés de qualités de soft skills pour ne citer que la créativité, la communication et l’esprit d’équipe. Hicham Amady est revenu sur son propre parcours d’entrepreneur en parlant des difficultés qu’il a rencontrées avant d’être aujourd’hui à la tête de la start-up Heetch Maroc. Il a saisi l’occasion pour souligner les déficiences de l’écosystème des start-up, notamment les solutions de financement et l’accompagnement des innovations.

Ceci renvoie à la déficience des dispositifs existant à l’étranger. Taoufik Lahrach revient sur les nouvelles solutions de financement des entrepreneurs et des entreprises innovantes par la CCG. Ces solutions de garantie ont permis de débloquer les 2/3 des crédits accordés par le système bancaire aux entreprises en 2018. «Nous sommes un catalyseur de la création des entreprises», a-t-il affirmé. L’homme insistera, néanmoins, sur l’état d’esprit de l’entrepreneur qui nécessite combativité et persévérance. Dans la même logique, Moulay Rachid Cherkaoui revient sur la culture d’entreprise et la notion d’échec en entreprise. Il a rappelé que le succès des plus grands entrepreneurs est venu après plusieurs échecs. «Il faut faire confiance aux générations futures», affirme-t-il. Il fait remarquer qu’aujourd’hui, la culture ambiante condamne l’échec et provoque le bannissement du jeune entrepreneur alors qu’il s’agit de la meilleure école pour rebondir.

Enfin, les participants ont insisté sur le fait qu’en dépit des difficultés, «le Maroc est une terre d’opportunités, propice à la création d’entreprises». Reste à ce que le gouvernement encourage les initiatives, notamment par le développement des mécanismes financiers adéquats, la facilitation administrative, l’allègement fiscal, les délais de paiement… Tout un programme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *