Entreprises : Du tonus pour le jus de fruits marocain

Entreprises : Du tonus pour le jus de fruits marocain

Après avoir culminé à 50%, puis ramenés à 15% , les droits de douane sur la matière première (concentrés de mangues, de fruits, etc), provenant généralement de l’Amérique du Sud vont être annulés. Telle est la réponse trouvée par le Premier ministre Driss Jettou face à l’invasion des jus de fruits étrangers par le biais des contrebandes.  L’information qui circule depuis quelques jours dans les milieux associatifs réjouit les opérateurs du secteur.  Il est question aussi, en plus de la matière première, de l’annulation des droits de douane sur les produits d’emballage. «Ce qui serait pour nous un véritable coup de pouce», commente Karim Rahal, partenaire de Rostoy dans une unité au Nord. «Cela encourage les investisseurs», poursuit-il. A noter que depuis quelques mois, le secteur connaît une certaine effervescence avec, suite à l’investissement du traiteur Rahal au Nord, le retour du jus de fruits Miami, produit par Coca Cola.  Rappelons que c’était principalement à cause des problèmes d’approvisionnement que l’unité de transformation Frumat (ex-producteur de Miami pour le compte de Coca Cola) avait mis la clé sous le paillasson. Quant aux emballages, leurs  coûts sont élevés, en raison notamment de la nécessité d’importer les matériaux de base et  du prix de l’énergie.
Ces mesures qui font partie de tout un programme  en chantier sont aussi une réponse face à la concurrence en provenance des pays arabes lesquels exonèrent totalement les intrants entrant dans la fabrication des jus de fruits. L’accord quadripartite avec la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie, à droit de douane nul depuis l’année 2005 s’est traduit par une perte de compétitivité des produits marocains face à leurs concurrents de ces pays là. Conséquences analogues pour l’accord signé avec les Emirats Arabes Unis.
Outre ce chantier, la profession milite  pour que la direction de la normalisation au ministère du Commerce fasse respecter  les normes différenciant  des  produits se réclamant tous aujourd’hui  de la même appellation. Or, le jus de fruits est le liquide non fermenté, mais fermentescible, tiré de la partie comestible de fruits sains, parvenus au degré de maturation approprié et frais ou de fruits conservés dans de saines conditions par des moyens adaptés. Quant au nectar de fruit,  il est le produit non fermenté,  mais fermentescible, obtenu en ajoutant de l’eau, avec ou sans adjonction de sucre ou à un mélange de ces produits. Des substances aromatiques, des composés aromatisants volatils, de la pulpe et des cellules, qui doivent tous avoir été obtenus à partir du même type de fruit et par des moyens physiques adaptés, peuvent être ajoutés.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *