Entreprises : Le titre IAM s’envole à la bourse de Paris

Entreprises : Le titre IAM s’envole à la bourse de Paris

La valeur Maroc Telecom progresse de 1,5% à 11,95 euros à Paris, le 2 janvier 2007. Selon les analystes, la filiale de Vivendi profite ainsi à retardement de l’acquisition des 51% du capital de l’Onatel,  opérateur historique de télécommunications du Burkina Faso, pour un montant de 220 millions d’euros.  Cette performance boursière était sur le point de se perpétuer jeudi 4 janvier 2007. A la mi-journée, Maroc Telecom (1,19%) était dans la partie des plus fortes hausses du marché SRD, aux côtés de Dassault Systèmes (2,47%), Peugeot (+0,96%), et Orco Property Group (+0,95%). Le site Boursouma connu des investisseurs en Bourse fait de Maroc Telecom, la valeur à suivre tant au regard de sa nouvelle acquisition que de son importante convention d’investissement signée avec le gouvernement marocain en présence du Premier ministre. Il s’agit d’un programme triennal de 7,41 milliards de dirhams, visant entre autres, la création de 150 emplois. Le plan couvre plusieurs volets dont la téléphonie fixe, la transmission de données, le mobile et l’Internet.  Les analystes français surveillent de près les ambitions de Maroc Telecom à l’international. L’opérateur marocain est candidat à la privatisation  des opérateurs historiques au Cameroun (il a déposé un dossier) et  au Gabon (il a déposé une offre et a été préqualifié). En Egypte, il postule pour la 3e licence mobile, et s’intéresse aussi à la participation détenue par Verizon dans Gibraltar Telecom.
Reste à savoir comment, dans une  place casablancaise peu habituée à suivre les fondamentaux des entreprises et l’évolution de leur périmètre, les investisseurs vont accueillir ces différentes évolutions de l’activité de la filiale de Vivendi.
Pour Kamal Bouayad  de BMCE Capital, l’absence d’une répercussion significative de la tendance enregistrée à Paris s’explique par le fait que les grands acteurs de la place boursière n’ont pas encore opéré leurs rentrées. «Dans tous les cas, la tendance positive à Paris favorise un intérêt positif à Casablanca», conclut M. Bouayad qui, tout en reconnaissant que la cotation simultanée ne favorise pas les fortes envolées de la valeur, reste persuadé que cela donne de la crédibilité à Maroc Telecom. «La place parisienne évolue étroitement en fonction des fondamentaux »,a-t-on l’habitude de dire.
A noter qu’au 15 décembre 2006,  l’intermédiaire Morgan Stanley disait anticiper une croissance de 10% du dividende pour 2007 (sur la base d’un « payout ratio » de 100%). La  distribution d’un dividende exceptionnel au titre de 2008 (argument mis en avant dans l’analyse qui cite la direction de l’opérateur de télécommunications ) renforcera sûrement cette tendance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *