Entreprises: Projets verts, l’avenir du secteur privé

Entreprises: Projets verts, l’avenir  du secteur privé

Les projets verts ne se présentent plus comme une alternative, mais plutôt une nécessité de survie. Les chefs d’entreprises ont compris que l’acte d’investir dans le domaine de l’environnement engendrerait une rentabilité légèrement supérieure aux investissements classiques.

Business et climat riment bien ensemble. Contrairement à ce que l’on peut penser, le changement climatique peut profiter  à la sphère entrepreneuriale. Il regorge de grandes opportunités, notamment en termes d’investissement et de nouveaux emplois. Anticiper le changement plutôt que de le subir est l’un des principaux avantages que peut englober l’économie verte sous sa dimension durable. Les entreprises, notamment marocaines, sont aujourd’hui conscientes de deux équations importantes : celle de «consommer mieux en polluant moins» ou encore d’assurer «une rentabilité opérationnelle en tenant compte de la composante climat».

Alternative ou nécessité de survie ?

Ainsi, les projets verts ne se présentent plus comme une alternative, mais plutôt une nécessité de survie. L’enjeu étant d’embrasser les projets environnementaux afin d’intégrer l’économie mondiale. C’est à partir de cette logique que le secteur privé national a anticipé les risques liés à l’environnement en les intégrant dans ses plans de développement. Les chefs d’entreprises ont compris que l’acte d’investir dans le domaine de l’environnement engendrerait une rentabilité légèrement supérieure aux investissements classiques. Sur le plan réglementaire, la loi sur l’environnement ouvre le champ au partenariat public-privé, chose qui favorise l’émergence d’entreprises locales dans l’ensemble des branches du développement durable. De même, les institutions bancaires proposent une gamme diversifiée de modes de financement en vue de soutenir les projets propres quelle que soit la taille de l’entreprise qui les initie.

Un engagement qui date de près de deux décennies

Représenté par la Confédération générale des entreprises du Maroc, le patronat marocain s’est engagé depuis la fin des années 90 en faveur de l’environnement. De 1999 à 2001, le secteur privé a fait un grand pas en termes de développement durable. Le patronat a été à l’initiative du lancement de la commission dédiée au climat et à l’environnement. Il a par ailleurs créé le centre marocain de production propre. Appuyée par l’engagement de certaines entreprises et disposant d’outils nécessaires pour faire entendre sa voix auprès des négociateurs, la CGEM a pris part à la COP7 tenue à Marrakech en 2001. L’engagement du secteur privé marocain en faveur du climat a été couronné par le lancement de la charte Label RSE. 

La charte place la protection de l’environnement en troisième position. La CGEM définit dans ce sens l’amélioration des performances environnementales, notamment à travers la réduction de la consommation d’eau, d’énergie et de matières premières. La charte préconise également la réduction des émissions polluantes ou à effet de serre et promeut l’utilisation des énergies renouvelables. La charte vise également l’évaluation et la minimisation des impacts environnementaux des projets d’investissement. Elle impose aux entreprises de  définir les plans d’urgence permettant de prévenir et d’atténuer les dommages accidentels portés à l’environnement, à la sécurité ou à la santé. Dans une optique de partenariat public-privé, la CGEM a mis en place le centre de compétence des changements climatiques et a lancé en avril dernier la coalition pour la gestion de déchets en partenariat avec  plusieurs ministères et associations. La CGEM, organisation observatrice auprès de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a mené plusieurs actions dans le cadre des préparatifs pour la COP22. La CGEM qui signera lors de cet événement une déclaration en faveur du climat dans le cadre du High Level Business sommet a d’ores et déjà préparé ses recommandations dont une partie concernera l’orientation de la finance climat vers la PME et la TPME.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *