Entretien avec Fabian-Carlos Guhl, président d’Ampion

Entretien avec Fabian-Carlos Guhl, président d’Ampion

Tout de suite, le jeune lauréat démarre son expérience professionnelle dans l’accompagnement de startups. Il travaillera aussi à la Banque africaine de développement, l’ONU, les PME Daily Deal, AllesAnna et MyParfuem. Lors d’un séjour aux Etats-Unis, Fabian- Carlos découvre le modèle Hackerbus organisé à l’époque à la Silicon Valley. Tout de suite séduit par l’idée, il la duplique en Allemagne et choisit le continent africain comme pépinière de startups.

ALM : Bénéficiez vous d’un soutien gouvernemental allemand?
 

Fabian Carlos Guhl : Oui, nos partenaires sont le ministère de l’économie et de l’énergie (BMWi), le ministère pour la coopération économique et de développement (BMZ), et le ministère des affaires extérieures (Auswärtiges Amt). Le conseiller privé sur l’Afrique d’Angela Merkel nous soutient également.

Quels sont les critères de choix déterminant les pays hôtes ?

Nous choisissons primordialement les pays en fonction de nos partenariats, mais aussi en fonction des besoins et tendances que nous détectons dans les pays spécifiques.
En effet, le choix de réaliser un Venture Bus au Maroc vient du fait que c’est un pays extrêmement dynamique et avancé dans le domaine des technologies vertes. Il semblait donc naturel et même nécessaire pour nous d’accroître cette tendance et d’organiser un Venture Bus en nous focalisant sur les technologies vertes.

Quelles sont les contraintes rencontrées lors de l’organisation de l’événement ?

Organiser des Venture Bus sur le continent africain n’est effectivement pas toujours très évident. Faire des demandes de visas peut s’avérer pénible pour les participants internationaux. Traverser les frontières est une entreprise délicate qui nécessite une communication rigoureuse avec les autorités locales. Et puis nous avons d’autres complications particulières qui peuvent arriver : nous avons par exemple eu du mal à attirer des participants internationaux l’année dernière pour le Venture Bus en Afrique de l’Ouest, compte tenu du fait que le virus Ebola y faisait ses ravages.

Quelles sont vos perspectives de développement?

Parce que nous sommes conscients que soutenir les individus dans leur première phase de création d’entreprise n’est souvent pas suffisant, Ampion a l’ambition d’approfondir l’accompagnement des startups qui ont été créées lors du programme de Venture Bus. Nous sommes aujourd’hui en train de développer trois activités. La première, sous le label «Ampion Fellowship Program», permettra de faire bénéficier aux startups prometteuses de tutorat d’un espace de travail gratuit, d’une bourse, d’entraînement et de la mise en relation avec des investisseurs pendant 6 mois. 

  La seconde baptisée Ampion Accelerator représentera un accélérateur de projets. En cours de réalisation, ce programme sera rendu possible avec le concours de la société Merck et le soutien de l’USAID. Enfin, la dernière activité retient la formation. «Startup Insitute» sera un programme de formation à plein temps au bénéfice des jeunes pour qu’ils puissent devenir rapidement des «changemakers digitales».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *