Entretien : Pétrole : les prix de nouveau stables

Les prix étaient stables jeudi à l’ouverture du marché new-yorkais, après la forte poussée de la veille, attribuée à une hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis et à la mise en oeuvre inattendue par l’Opep de sa décision de réduire sa production. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en décembre gagnait 15 cents à 61,55 dollars vers 14H10 GMT. Les cours ont bondi de plus de deux dollars mercredi après l’annonce d’un recul surprise de 3,3 millions de barils des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis. «Alors que la demande de brut et d’essence ne montre pas de signe de modération, que l’Opep promet de réduire sa production et que la Réserve fédérale américaine estime que les prix de l’énergie ne sont plus un risque pour l’inflation, les courtiers ont été amenés à couvrir leurs positions», a remarqué Bart Melek, analyste chez BMO Capital Markets. Ces facteurs ont selon l’analyste poussé les prix au-dessus du niveau suggéré par la situation de l’offre et de la demande selon M. Melek. Mais «étant donné le ralentissement de l’économie et la croissance de l’offre de pétrole hors Opep, il reste des risques de baisse des cours à court terme», a-t-il estimé. Pour Mike Fitzpatrick, analyste à la maison de courtage Fimat, la tendance baissière observée ces trois derniers mois pourrait au contraire être arrivée à son terme.
«Le renversement de tendance pourrait avoir commencé mais demande encore confirmation», a-t-il indiqué. Le nord-est des Etats-Unis traverse actuellement une vague de froid. Des températures basses devraient persister pendant encore au moins deux semaines, ce qui risque de soutenir la demande de fioul de chauffage.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *