Etats-Unis : La perte d’influence de l’Europe criante dans le commerce extérieur américain

Etats-Unis : La perte d’influence de l’Europe criante dans le commerce extérieur américain

La perte d’influence de l’Europe et la montée de l’Asie apparaissent de manière criante dans les chiffres du commerce extérieur des Etats-Unis, de plus en plus tournés vers la Chine et d’autres pays émergents. En 2010, le Vieux Continent est apparu comme un partenaire commercial de moins en moins privilégié par la première économie mondiale. D’après des chiffres publiés par le département du Commerce américain vendredi, la part de l’Union européenne sur le marché américain est tombée de 18,1% en 2009 à 16,7% en 2010, et celle de la zone euro de 13,6 à 12,7%. Dans le même temps, celle des pays du pourtour du Pacifique passait de 34,1 à 34,2%. Celle de la Chine avançait légèrement, de 19 à 19,1%.  La Chine a ravi au Canada la place de premier exportateur de biens vers les Etats-Unis en 2009, et celle de premier exportateur mondial à l’Allemagne en 2010. Le fossé avec ses concurrents se creuse: en 2010, les Etats-Unis ont importé pour 364,9 milliards de dollars de produits «made in China», contre 276,5 milliards de «made in Canada», et 319,6 milliards de produits de l’UE. Par ailleurs, l’évidence veut pour les exportateurs américains d’aller chercher de nouveaux débouchés ailleurs qu’en Europe. En janvier 2010, le président Barack Obama avait promis un doublement des exportations américaines entre 2009 et 2014. Les Etats-Unis sont partis sur un bon rythme, grâce à leurs voisins (Canada et Mexique) et aux pays émergents et asiatiques. En revanche, l’Europe les freine. Dans l’ensemble, les exportations américaines ont progressé de 16,6% en 2010, mais vers l’UE de 8,7% seulement. «95% des consommateurs du monde vivent en dehors de nos frontières», répétait encore, vendredi, le secrétaire au Commerce Gary Locke, issu d’une famille d’immigrants taïwanais. Mais pour l’administration Obama, la priorité va clairement à ceux d’Asie et d’Amérique latine. Dans son discours sur l’état de l’Union en janvier, M. Obama a parlé de commerce extérieur avec l’Inde, la Chine, la Corée du Sud et deux pays avec lesquels il cherche à conclure un accord commercial, la Colombie et le Panama. Pas un mot sur les relations économiques avec l’Europe. M. Locke revient d’Inde. «Cette mission commerciale a été une réussite éclatante», a-t-il claironné vendredi. Il était allé en Indonésie et en Chine en mai, et au Brésil en mars. Depuis la prise de fonctions de M. Obama en janvier 2009, ses missions l’ont conduit sur tous les continents, rarement en Europe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *