États-Unis : Wall Street pourrait profiter d’un horizon éclairci

États-Unis : Wall Street pourrait profiter d’un horizon éclairci

Wall Street pourrait gagner du terrain cette semaine si les premières indications favorables concernant la consommation pour les fêtes de fin d’année se confirment en même temps que l’amélioration de la situation de l’emploi. Les difficultés de financement dans la zone euro, qui ont inquiété les marchés ces derniers temps, devraient passer à l’arrière-plan avec la mise au point du plan de sauvetage de l’Irlande et l’esquisse d’un mécanisme permanent de gestion des crises. Depuis le 5 novembre, les inquiétudes liées à la zone euro ont fait reculer de 3,1% l’indice Standard & Poor’s 500 qui sert de référence des gérants de fonds. Il avait gagné 17% les deux mois précédents. Vendredi à la clôture, le S&P 500 affichait une baisse de 0,9% sur la semaine, similaire à celle de l’indice Dow Jones (1%). Les investisseurs pourraient trouver de meilleures nouvelles cette semaine. Pour la publication vendredi des chiffres mensuels de l’emploi, les investisseurs s’attendent à 140.000 créations d’emplois en novembre. En octobre, les sociétés ont embauché à leur rythme le plus rapide depuis avril, selon les chiffres publiés par le gouvernement, tandis que les inscriptions hebdomadaires au chômage sont tombées à leur plus bas niveau depuis plus de deux ans. Sur le front de la distribution, les spécialistes anticipent de bons chiffres et les valeurs du secteur ont bien monté en anticipation du «Black Friday», le vendredi lendemain de Thanksgiving où les Américains commencent leurs achats de fin d’année. «Le consommateur est plus confiant et dépense un peu plus d’argent. Je pense que la distribution dans son ensemble retrouve le moral», commente Gary Bradshaw, gérant chez Hodges Capital Management à Dallas. Il ajoute que les valeurs de la distribution lui semblent «relativement bon marché». Il s’attend à de bonnes surprises du côté des ventes. Le moral du consommateur a retrouvé en novembre son niveau de juin, tandis que les dépenses de consommation ont augmenté en octobre. Selon certaines indications, le Black Friday semble s’être bien passé. Les promotions pour ce jour-là n’ont pas été aussi importantes que l’an dernier. Les distributeurs ont dit s’attendre à leur meilleure période de ventes de Noël depuis trois ans. Selon la Fédération nationale de la distribution, près de 60 millions d’Américains avaient prévu de se rendre dans les magasins ce week-end. Les achats physiques dans les magasins devaient être suivis lundi par les ventes en ligne du «Cyber Monday».  L’optimisme semble être à la hausse, ce qui pourrait être paradoxalement contrarier les investisseurs qui pourraient y voir comme un signal de vente.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *