Etudes et prévisions financières : 2017, un cap de transition

Etudes et prévisions financières : 2017, un cap de transition

2017 est une année déterminante pour la direction des études et des prévisions financières (DEPF).

Ce département relevant du ministère de l’économie et des finances a amorcé cette année son processus de transition vers un nouveau palier en matière d’éclairage de la décision stratégique dans le domaine économique, financier et social. «Cette transition est consacrée par son repositionnement en tant que «think tank public» au service du MEF, centré sur les priorités du gouvernement, ouvert sur les différents acteurs et activement présent dans le débat national sur les grandes questions qui interpellent notre pays», peut-on lire de Mounssif Aderkaoui, directeur des études et des prévisions financières dans la préface du rapport d’activité annuel de la DEPF. Ainsi, une nouvelle dynamique a été impulsée, propice à la mobilisation pleine et entière de l’expertise acquise par les équipes de la direction et au déploiement efficient des instruments et des outils, élaborés à des fins de prévision, d’analyse, de veille et d’évaluation des impacts des politiques publiques et des stratégies sectorielles.

Le directeur des études et des prévisions financières indique dans ce sens que  «des passerelles ont été établies avec les autres directions du MEF pour mobiliser les synergies et mutualiser les moyens techniques et humains consacrés à l’examen des questions transversales à forte teneur stratégique». La DEPF s’est par ailleurs rapprochée des think tanks nationaux et étrangers ainsi que des structures similaires relevant des ministères de l’économie de pays partenaires et d’organisations internationales tels que le FMI, la Banque mondiale et l’OCDE. Notons qu’un nouveau mode de programmation des travaux a été fixé dans le cadre de la nouvelle dynamique de la DEPF.

Ces derniers sont structurés autour de cinq domaines d’actions stratégiques, constituant ainsi le recoupement de plusieurs problématiques structurelles à fortes incidences sur la trajectoire de développement de notre pays. Enumérant dans ce sens l’examen des fondamentaux macroéconomiques, l’appréhension des enjeux de la compétitivité globale, le suivi et l’analyse de la politique africaine du Maroc ainsi que l’appréhension des enjeux liés à l’inclusion sociale et le traitement des questions de développement durables. Les thématiques abordées convergent avec les priorités nationales, notamment celles en rapport avec l’examen des perspectives du modèle de développement national, conformément aux Hautes orientations royales.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *