Euro: les banques refusent d’être « le bouc émissaire » des tensions

Les banques font pleinement leur travail, a assuré le directeur général de la fédération bancaire Française, lors d’une conférence de presse à Paris.
Le patron de la FBF reconnaît que, devant une affluence huit à dix fois supérieure à l’habitude, un certain nombre d’agences bancaires ont donné la priorité à leurs clients et, du coup, des demandes de dépannage ont été effectivement écartées. Mais toutes les consignes ont été rappelées. Selon ces consignes établies avant le passage à la monnaie unique, les agences bancaires doivent accepter gratuitement toutes les demandes de dépannage, qu’elles émanent de leurs clients ou non, dans la limite de 2.000FF (304,90 euros) par opération, et ce jusqu’à la fin de la période de double circulation Euros/Francs le 17 février.
Cependant, pour la FBF, il s’est produit ces derniers jours un décalage dans le scénario initialement prévu .
Les clients viennent souvent dans les banques pour changer de petites sommes de 30 ou 50 Francs (4,5 euros ou 7,6 euros) en pièces alors que, paradoxalement, ils paient de petits achats chez les commerçants avec de grosses coupures. Pour mettre fin à ces anomalies, le directeur général de l’association française des établissements de crédit et des entreprises d’investissement, fait une double recommandation: utiliser les pièces et les petites coupures en francs pour faire l’appoint chez le commerçant,quant aux détenteurs d’une épargne de précaution, ils ont jusqu’au 30 juin pour la changer dans leur agence bancaire. Il faut rappeler que cette mise au point de la profession vient suite au double rappel à l’ordre du gouvernement et de la banque de France. Qui ont souhaité que les banques se montrent à la hauteur des engagements pris et notamment qu’elles puissent dépanner ceux qui ont un petit échange de l’ordre de 2.000 francs (305 euros), même s’il ne s’agit pas de leurs clients . De même Laurent Fabius était déjà monté au créneau pour demander aux banques de jouer davantage leur rôle de conversion des francs en euros. Les commerçants ne sont pas des banquiers, avait déclaré le ministre de l’économie et des finances. D’ou le rappel pour les banques pour qu’elles aussi, fassent à pleinement leur travail et en particulier leur travail de change.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *