Euronext-Nyse : vers une fusion

Le projet de fusion de la Bourse paneuropéenne Euronext avec le New York Stock Exchange (Nyse), qui a été «sensiblement modifié» ces dernières semaines, doit "évidemment" se poursuivre, a estimé lundi le ministre français de l’Economie, Thierry Breton. «Le projet Euronext/Nyse a été sensiblement modifié au cours des dernières semaines. Il faut évidemment qu’il se poursuive», a-t-il dit en marge d’un colloque économique à Paris.
Euronext et le Nyse avaient annoncé la semaine dernière une modification des termes de leur fusion, en décidant que le conseil d’administration de la future entité comprendrait un nombre égal de représentants des deux groupes, alors que les Américains devaient initialement être majoritaires.
Cette concession du Nyse est intervenue alors que le projet de fusion signé au printemps par les deux groupes avait été fortement critiqué ces derniers mois en Europe, de nombreux responsables politiques et économiques ayant dénoncé le risque d’une prise de contrôle des marchés d’Euronext par la Bourse de New York.
M. Breton a rappelé qu’en plus d’une gouvernance équilibrée, ce projet devrait respecter plusieurs autres conditions déjà posées, dont celle du maintien d’une activité forte à Paris pour les actions et de la régulation par l’Autorité des marchés financiers (AMF) française des opérations réalisées sur la place parisienne.
Les régulateurs d’Euronext, dont l’AMF, annonceront au plus tard début décembre leur avis sur l’opération. Ils avaient déjà asssuré qu’ils travailleraient avec leurs homologues américains de la Securities and Exchange Commission (SEC) pour maintenir la réglementation actuelle et préserver les marchés européens de tout interventionnisme des régulateurs américains.
Euronext et le Nyse ont de leur côté promis de mettre en place des structures permettant de préserver les cadres de régulations actuels de leurs marchés respectifs, avec la création de deux fondations chargées d’y veiller, l’une en Europe et l’autre aux Etats-Unis.
Le retrait le 15 novembre par le groupe allemand Deutsche Börse d’une offre inamicale de rachat d’Euronext avait laissé la voie libre à l’union d’Euronext avec le groupe Nyse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *