Événement : Un prêt pour l’autoroute Marrakech-Agadir

La Banque africaine de développement (BAD) a décidé d’appuyer le projet de construction de l’autoroute Marrakech-Agadir par l’octroi d’un prêt de 118,60 millions d’euros.
Le conseil d’administration de la BAD a approuvé le prêt, vendredi 21 juillet, destiné au financement partiel du projet, rapporte l’agence MAP. Ainsi, la BAD, qui a financé au Maroc quelque 91 opérations pour 43 milliards de dirhams d’engagements, apporte un nouveau appui au programme national autoroutier.
Le projet qui est conforme à la stratégie d’intervention de la Banque africaine au Maroc, s’inscrit dans les schémas d’aménagement d’infrastructures structurantes aussi bien à l’échelle nationale que régionale. De ce point de vue, estime la BAD, il est un élément essentiel dans la politique d’aménagement du territoire marocain.
D’une longueur de 233 km, cette liaison autoroutière permettra de relier deux pôles touristiques et économiques très importants du pays.
Cette liaison autoroutière, dont le coût global est estimé à sept milliards de dirhams, prend son origine vers la fin de l’autoroute Settat-Marrakech, contourne la cité ocre par l’ouest, passe par Chichaoua, Imintanout, Argana et Amskroud pour finalement atteindre la ville d’Agadir. Sept points d’échange sont prévus au  niveau des agglomérations traversées. La mise en service de cet axe, composé de plusieurs sections, est prévue pour fin 2009. La BAD financera la construction du tronçon Imintanout-Chichaoua, longue de 33 km, de systèmes de péages et les travaux de sécurité de l’ensemble de l’autoroute.
Le projet, dont le démarrage est prévu pour fin 2006 pour une durée de 4 ans, contribuera, selon la BAD, à l’amélioration du niveau de vie des populations et à la réduction du chômage en soutenant le développement économique du pays et plus particulièrement le secteur du tourisme. Il aura des retombées économiques positives sur les exportations des produits agricoles en renforçant les capacités de transport entre les deux villes.
Il est à rappeler que la réalisation de ce tronçon autoroutier a été rendue possible grâce à la convention signée le 1er juin 2004 à Agadir sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, en vertu de laquelle le Fonds Hassan II pour le développement économique et social versait 1,5 milliard DH au capital de la Société des autoroutes du Maroc (ADM).
Outre la BAD, le reste du financement est assuré par le Fonds arabe de développement économique et social (FADES), le Fonds koweïtien de développement économique arabe (FKDEA), la Banque islamique du développement (BID) et le Fonds japonais (JBIC).
Par ailleurs, le Maroc compte actuellement 595 km d’autoroutes ouvertes à la circulation, 272 km sont en cours de réalisation et le lancement des travaux pour la construction de 535 km d’autoroute est prévu avant la fin 2007.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *